Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 21:49

 

 

"Comme on le sait, Chopin aimait les meubles raffinés, évidemment de style, mais il ne tenait presque jamais compte de l'argent ; ainsi il lui suffisait de voir quelque chose qui lui plaisait et il l'achetait immédiatement. De cette manière, au cours des vingt années de son séjour à Paris, il accumula un véritable musée dans son appartement, avec des meubles très élégants, tous extrêmement coûteux, comme cette armoire à chaussures, des bibelots, des porcelaines, des tableaux, des livres dans de splendides éditions. De plus, en tant qu'artiste adulé, il recevait sans cesse les cadeaux les plus divers, des souvenirs, mais comme on connaissait ses goûts princiers, on ne lui offrait pas n'importe quoi."

 

 

Antoni Jędrzejewicz (neveu de Chopin) cité par Ferdynand Hoesick (Chopin, Vol. 4)

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : portrait de l'homme
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 21:14

 

Exposition permanente au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes

 

 

DSC01321

 

DSC01322

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Duchesnois est née à Saint Saulve, juste à côté de Valenciennes. Très grande tragédienne, elle fut contemporaine de Frédéric Chopin qu'elle dut d'ailleurs rencontrer, ne serait-ce qu'à ce concert du 2 avril 1833 :

 

"Le 2 avril, Chopin participa à la soirée que Berlioz avait organisée salle Favart au bénéfice d'Harriet Smithson. L'actrice dont il s'était violemment épris et qu'il avait décidé d'épouser contre la volonté de leurs familles, traversait une très mauvaise passe, prélude à la fin de sa carrière. Immobilisée par une fracture à la jambe, elle était poursuivie par ses créanciers, après la faillite de sa troupe. La recette de la soirée - 6 500 francs - était destinée à la renflouer ; elle passa tout entière dans le remboursement de ses dettes. Le concert constituait l'entr'acte d'une représentation théâtrale offerte par Mlle Mars, Mlle Duchesnois et Samson, tous les trois de la Comédie Française. Dans le programme composite qui réunissait le violoniste Théodore Hauman, le guitariste Francisco Huerta et le célébrissime trio Grisi-Rubini-Tamburini, Chopin et Liszt eurent une part modeste en jouant la Sonate à quatre mains opus 22 de George Onslow." ("Chopin, l'enchanteur autoritaire", par Marie-Paule Rambeau)

 

  

DSC01294 

 DSC01297

 

 

Précédemment à Chopin, elle habita le quartier de la Nouvelle-Athènes, dans le 9ème arrondissement de Paris, qui fut le coeur de la vie artistique parisienne sous la période du Romantisme. Elle s'installa en 1822 dans un hôtel particulier (appelé depuis "hôtel de Mlle Duchesnois) au n° 3 de la rue Tour des Dames (Chopin, lui, vécut au Square d'Orléans à partir de 1842 jusqu'en 1849)

 

La Duchesnois fut une très grande artiste dramatique par sa voix et son charisme. Elle interpréta notamment des rôles dans des tragédies de Racine. Elle quitte la scène en 1833 et meurt dans la gêne en 1835, à l'âge de 58 ans.

 

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Valenciennes - ville d'Art
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 19:45

 

 

Comme dans tous les lieux polonais liés à Chopin, de nombreuses manifestations musicales en hommage au compositeur ont également lieu à Antonin. Parmi elles :

 

 

- le Festival International Chopin aux couleurs de l'automne,

   en septembre

    http://www.ckis.kalisz.pl/festiwale/festiwale.php?kid=175

 

La plus importante des manifestations, qui se déroulera du 15 au 18 septembre 2011, avec   entre autres- la participation de Janusz Olejniczak.

 

 

Réservation à partir de 4 Juin 2011.

 

Au moment de partir:
- Princes Radziwill Palace à Antonin, tél 62 734 83 00,
- Centre de Culture et des Arts à Kalisz, tél 62 765 25 52
- Ostrowski Culture Centre, tél 62 736 40 60 (uniquement lors du concert inaugural)

 

 

- l'Exposition internationale de l'Ex Libris Musical  

- le Festival estival de musique en juillet et en août  

- des concerts aux anniversaires de naissance et de mort de Chopin

 

 

Voir l'ensemble des manifestations organisées par le Centre de Kalisz pour la Culture et les Arts :  http://www.ckis.kalisz.pl/festiwale/festiwale.php

 

 

Rappelons que le village d'Antonin se situe dans le district d'Ostrow (éloigné de 12 km) et à 40 km de Kalisz.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : manifestations
commenter cet article
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 20:16

 

 

Dscn6533 Antonin Palac Radziwillow

 

 

Le palais en bois de mélèze d'Antonin a été épargné par tous les cataclysmes des guerres et est resté intact jusqu'à aujourd'hui, dans un état parfait. Il a été entièrement restauré dans les années 1970 et appartient aujourd'hui au Centre d'Art et de Culture de Kalisz.

 

   

DSCN6538

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN6541

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN6542

 

            Frédéric Chopin fut l'hôte du palais d'Antonin en 1827 et 1829

 

 

L'intérieur du corps de bâtiment central est occupé sur trois étages par la Salle à Cheminée, appelée aussi Salle de chasse, avec un pilier central décoré de bois de cerfs et des portraits du prince Antoni, de ses filles Wanda et Eliza et de Frédéric Chopin. C'est aujourd'hui un restaurant et un café.

 

 

DSCN6504

 

 DSCN6492

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN6526

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dscn6495 Antonin Palac Radziwillow

 

DSCN6564

 

 

Dans l'une des salles latérales a été aménagé un Salon de Musique dans lequel sont exposés des portraits, des bustes, le masque mortuaire de Chopin et le moulage de sa main. Il s'y trouve aussi un piano Buchholtz et de nombreux ouvrages concernant Antonin.

 

 

DSCN6475

 

 

Dans le palais ont également été aménagées des chambres d'hôtel pour les touristes ou pour les hommes d'affaires participant aux réunions, cours et conférences organisés sur place.

 

Devant le palais se trouve un buste de Chopin, oeuvre de M. Owczarski.

 

 

Dscn6539 Antonin Buste Chopin 

 

 DSCN6540

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout autour du palais s'étend un parc anglais de douze hectares, avec deux étangs, de nombreux arbres classés, dont une majorité de chênes. Il s'y trouve aussi la chapelle funéraire des Radziwill et le petit cimetière d'une partie de la famille

 

 

Eglise des Radziwill 02

 

DSCN6548

 

 

 

 

Photos par Carmen Desor

Source : Sur les pas de Chopin, Bosz

 

 

 

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 21:01

 

[...] J'ai passé une semaine chez le prince et tu ne saurais croire comme je m'y suis senti bien. Je suis revenu par la dernière poste sans même avoir eu le temps de m'excuser de ne pouvoir rester davantage. Pour moi-même et pour mon plaisir momentané, j'y serais resté jusqu'à ce qu'on me chassât. Pourtant mes affaires et surtout le finale de mon Concerto qui attend avec impatience sa mise au point, m'ont poussé à quitter ce paradis. Il s'y trouvait deux Eves, jeunes princesses extrêmement aimables et bonnes, êtres sensibles et doués de qualités musicales. La vieille princesse, elle, sait bien que la naissance ne fait pas l'homme. Sa manière d'être est tellement attirante qu'il est impossible de ne pas l'aimer. Quant à lui, tu sais combien il est passionné de musique. Il m'a montré son Faust où j'ai trouvé beaucoup de choses très bien conçues, géniales même, dont je n'aurais jamais cru ce palatin capable. [...]

  

Extrait de la lettre de Chopin à Titus Woyciechowski, de Varsovie le 14 novembre 1829

 

 

Antonin illustration tirée d'un calendrier berlinois de 18

 

 Antonin, illustration tirée d'un calendrier berlinois de 1839

 

 

 Ce séjour d'une semaine de Frédéric Chopin (qui a alors 19 ans et demi) chez le prince Antoni Radziwill  -magnat influent, mécène, et en même temps compositeur et instrumentaliste talentueux - avait été longuement préparé. Frédéric était déjà venu deux fois à Antonin auparavant, une fois en visite depuis le domaine voisin de Strzyzew, une fois en revenant de Berlin. Le prince, impressionné par le jeune génie, avait courtoisement invité les parents de Frédéric, qui vinrent à Antonin, avec leurs filles et le comte F. Skarbek, en août 1829. Le jeune Chopin dédia par la suite au prince sa nouvelle oeuvre, le Trio en sol mineur op. 8 pour piano, violon et violoncelle, avec le souhait de la jouer ensemble, et le prince invita de nouveau Frédéric chez lui.

 

 

Palais d'Antonin

 

Palais d'Antonin, lithographie de 1836

 

 

Le palais de la localité d'Antonin (renommée ainsi en l'honneur du prince -Antoni Radziwill- à la place de son vieux nom de Szperk) fut édifié entre 1822 et 1824 sur un projet du célèbre architecte berlinois K. Schinkel : c'était un bâtiment de quatre étages en bois de mélèze, en forme de croix grecque, avec un corpus principal à huit côtés ; à quatre d'entre eux étaient accolées des ailes de trois étages, chacune également en forme de croix. Cette vaste, extraordinairement confortable et élégante résidence était conçue comme un pavillon de chasse, car le prince aimait chasser et inviter des hôtes titrés à de grandes chasses dans les vieilles forêts qui s'étendaient autour d'Antonin. Après un certain temps, il choisit cet endroit comme résidence permanente de la famille et y emménagea avec sa femme Fryderyka Dorota Ludwika Hohenzollern, nièce du roi de Prusse Frédéric II le Grand, et leurs deux filles Eliza et Wanda.

 

 

Eliza Radziwill

 

                                                            Eliza Radziwill

 

 

Wanda Radziwill 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                    Wanda Radziwill

 

 

Le prince (1775-1833), compositeur de "Faust", premier opéra inspiré de l'oeuvre de Goethe, était ami avec les plus remarquables artistes de son époque et fit d'Antonin un centre culturel débordant de vie, dans lequel on s'occupait de musique, de littérature, d'arts plastiques. Il avait été nommé régent du duché de Posnanie (avec comme capitale Posen -Poznan) annexé à la Prusse après le Congrès de Vienne. Ses filles étaient aussi pleines de talent. Frédéric écrivait au sujet de la plus jeune, Wanda : "C'est jeune, dix sept ans, joli et, par Dieu, c'était bien agréable de lui poser les doigts sur le clavier. Mais, plaisanterie à part, elle a vraiment beaucoup de sens musical.  Ce n'est pas à elle qu'il faut dire : ici, crescendo ; là, piano ; autre part, plus vite ; là, plus lentement, et caetera. Je n'ai pu refuser de leur envoyer ma Polonaise en fa mineur qui intéressera la princesse Elise [...]"

 

Eliza peignit deux portraits de Chopin pendant son séjour, dont il parlait avec une grande reconnaissance. Frédéric composa alors la Polonaise en do majeur op. 3 pour piano et violoncelle, pour la jouer avec le prince. Radziwill de son côté lui soumit ses propres oeuvres encore inachevées.

  

numérisation0049 (dessin au crayon de 1826)

 

 "... Tu voudrais mon portrait. Si je pouvais en voler un à la princesse Elise, je te l'enverrais. Elle en a dessiné deux de moi dans son album et ils sont dit-on, fort ressemblants..."

 

 

Palais d'Antonin intérieur

 

 Intérieur du palais

 

 

Antonin famille Radziwill à table par Elisa Radziwill

 

 

 

 

Source : Sur les pas de Chopin, Bosz

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : biographie
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 20:24

 

  La Source et les ruisseaux

 

Gustave Crauk

 

 

SP A0863

 

SP A0861

 

   SP A0862-copie-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

SP A0860

 

 

 

Cette statue se trouve au premier étage de l'Hôtel de Ville de Valenciennes

 

 

Photos par Carmen Desor

 

   

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Valenciennes - ville d'Art
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 20:30

 

Le seul changement apporté au Parc par rapport au temps de Frédéric Chopin, est la statue du compositeur inaugurée en 1926. De style Art Nouveau, elle fut conçue par le peintre et sculpteur W. Szymanowski (1859-1930) au début du XXème siècle et installée au bord d'une petite pièce d'eau non loin du portail principal sur l'avenue Ujazdowskie.

 

 

621 Varsovie Parc Lazienki 01

 

L'entrée du Parc Lazienki avec, en arrière-plan au milieu, la statue de Chopin

 

06 Varsovie Parc Lazienki Monument Chopin

 

 

Le 31 mai 1940, ce fut l'un des premiers monuments à être détruit par les Nazis, qui la découpèrent en morceaux et l'emportèrent. La statue, qui représente le compositeur sous un saule pleureur,  fut reconstituée après la guerre sur la base d'un modèle en plâtre et de la tête originale, retrouvée dans les ruines d'une usine de Wroclaw.  D'où l'inscription sur le socle :

  

"Statue de Fryderyk Chopin, détruite et pillée par les Allemands le 31 mai 1940, reconstruite par la Nation. 17 octobre 1946" 

  

 

En 1958, elle fut replacée sur le socle préservé, où sont également gravés en polonais ces mots d'Adam Mickiewicz :

 

Le feu dévore l'oeuvre peinte,

Les voleurs vident les trésors par l'épée,

Le chant sort indemne...

 

C'est aujourd'hui un symbole, et l'un des lieux les plus visités de la Capitale. Depuis 1959, tous les dimanches de mai à fin septembre, des concerts Chopin sont donnés près de la statue.

 

628 Varsovie Parc Lazienki 09

 

629 Varsovie Parc Lazienki 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

646 Varsovie Parc Lazienki 27

 

 

Le monument de Chopin, qui est l'un des plus beaux et des plus connus de Pologne, n'était pourtant pas au goût des Polonais de la première moitié du XXème siècle, qui le surnommaient le "cendrier Art Nouveau". Il fut conçu en 1908, mais il fallut attendre 1914 pour qu'il soit fondu à Paris, et son installation fut alors rendue impossible par la Première Guerre Mondiale. Quand le président Ignacy Moscicki inaugura l'oeuvre de W. Szymanowski le 14 novembre 1926, la mode du style Art Nouveau était passée.

 

 

Parc Lazienki statue

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

Source : Sur les pas de Chopin, Bosz

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin à Varsovie
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 22:26

 

Les Lazienki Royales sont l'ensemble parc-château du 18ème siècle le plus beau de Pologne, avec le Palais sur l'Eau (ou Palais sur l'Ile) (Palac na Wodzie/Wyspie), résidence d'été du roi Stanislas Auguste Poniatowski . L'ensemble comprend en outre le Théâtre sur l'Ile (theatr na wyspie), la Vieille Orangerie (stara pomaranczarnia), la Petite Maison Blanche (bialy domek) et le Palais Myslewicki.

La Maison Blanche, résidence du roi avant que le Palais sur l'Eau ne soit achevé, reçut la visite de Louis XVIII qui y séjourna durant son exil entre 1801 et 1805.

Le Théâtre sur l'Eau a été construit sur le modèle du théâtre antique d'Hercule.

Le Palais baroque Myslewicki était un cadeau du roi Stanislas à son neveu, le prince Joseph Poniatowski.

 

En 1817, les Lazienki devinrent la propriété du tsar Alexandre 1er.

 

  

Parc Lazienki Palais sur l'eau 

 aquarelle de Fryderyk Dietrich

 

 

Ce parc royal des Bains (Lazienki) de 80 hectares, dans lequel Frédéric Chopin enfant non seulement donnait des concerts, mais aussi se reposait pendant ses séjours au Belvédère, était également un terrain de jeux dans lequel il était autorisé à s'amuser avec Pawelek, fils du Prince Constantin, et Moriolka, alias Alexandrine, fille du gouverneur français ami de Nicolas Chopin, le comte de Moriolles. Cela constituait un privilège pour le jeune artiste, car le parc était en ce temps-là, et jusque dans les années 1820, fermé aux habitants de Varsovie.

 

Au 19ème siècle, plusieurs bâtiments de style néo-classiques furent élevés dans le parc.

 

Les bâtiments historiques échappèrent miraculeusement à l'anéantissement de la Deuxième Guerre mondiale et purent être entièrement restaurés.

 

 

652 Varsovie Parc Lazienki Palais sur l'Ile 01

 

 

De nombreux paons se pavanent dans le parc, au plus grand plaisir des touristes qui ramassent leurs magnifiques plumes !

 

 

Parc Lazienki paon 01

 

 Parc Lazienki paon 02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

La Vieille Orangerie contient aujourd'hui une galerie de sculptures.

Le Palais Mislewicki accueille à présent les invités de marque des dirigeants polonais, comme les chefs d'état.

 

  Parc Lazienki paon 03

 

 

 

                                                                                                                                              à suivre .....

 

 

Photos par Carmen Desor

   

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin à Varsovie
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 21:22

 

Le titre de "Valse de l'Adieu" "lui a été donné par Ludwika Jędrzejewicz dans l'index des Incipit des oeuvres de Chopin, ce qui suppose qu'elle savait que la pièce avait été offerte au moment de quitter Dresde. Elle est restée inédite du vivant de Chopin. N'en concluons pas qu'il la tenait en piètre estime. Il en a au contraire offert deux copies à ses élèves préférées, l'une en 1838, l'autre en 1842. Il en existe donc trois versions, différentes de celles de Fontana, la plus longue, mais nous avons déjà noté le goût de Fontana pour les reprises, dans l'établissement des textes.

  

Ecrite dans la même tonalité que la Valse opus 34 n° 1, exactement contemporaine, elle forme avec elle un diptyque en contraste, ne serait-ce que par le tempo, Lento contre Vivace. On a voulu y voir le poème de toutes les tristesses, en se référant à un argument biographique injustifiable. Pourquoi Chopin, s'il était amoureux, serait-il parti, le coeur meurtri, alors qu'on s'était promis de se retrouver l'été suivant, et que l'attitude de la jeune fille lui donnait toutes les espérances d'être payé de retour ? Seul le premier thème, délicatement cantabile, évoque l'élégie, mais au sens où l'entendait le poète latin Ovide [...].

Car les coquetteries fugaces du gruppetto de la mesure 11, par exemple, assortie d'une étonnante variante chromatique, relèvent de la miniature de salon. Et que dire du second thème (mes 17 à 24) et surtout celui du trio central (mes 41-56) qui troquent le rythme de la valse contre celui d'une mazurka, de plus en plus vive, clin d'oeil évident à la dédicataire polonaise ?

Ces éclairs malicieux sont autant d'antidotes aux dérives pleurnichardes de l'interprétation. "

  

Source : Marie-Paule Rambeau (Chopin, l'Enchanteur autoritaire, Ed. L'Harmattan)

 

 

 

 

 

 

 

 

Mme Peruzzi *, qui reçut un autographe de la Valse, rapporte : "Chopin dit qu'elle ne serait pas divulguée par l'édition, car on la jouerait ; et, s'asseyant au piano, il montra comment elle serait jouée, ce qui était des plus drôles." (Niecks**). Avec sa sagacité coutumière Chopin discernait parfaitement quelles compositions pouvaient être dénaturées par un jeu sentimentalisé  -  ce qui n'a pas manqué d'être le cas pour ces Valses [Op.69/1 et 2, Op.70/2] ! Aussi préférait-il qu'elles ne sortent pas d'un cercle d'initiés  - trait bien propre à sa nature éminemment aristocratique.

 

Source : Jean-Jacques Eigeldinger (Chopin vu par ses élèves)

 

 

   

 

* Comtesse Elise PERUZZI, née Eustafiew :

 

Liée avec Liszt et Herz, elle fit la connaissance de Chopin vers 1836 et entra plus avant dans son intimité à partir de l'année suivante, comme en témoigne à cette date une copie autographe de la Valse op. 69/1 dédicacée par le maître. Chopin qui appréciait les qualités de lecture à vue de Mme Peruzzi se plaisait à jouer avec elle la littérature pour quatre mains et deux pianos ; il leur arrivait aussi d'improviser des dialogues pianistiques en forme de questions-réponses [...] A propos du jeu de Mme Peruzzi, Gustave Chouquet déclarait à Niecks : "Cette virtuose n'avait pas moins de talent que la princesse Marcelina Czartoryska. Je l'entendis à Florence en 1852 et je puis vous assurer qu'elle jouait Chopin dans le plus pur style et avec tous les traits inédits du maître".

Elle fut une des premières personnes à qui Chopin montra sa Berceuse. A la demande de Niecks, Mme Peruzzi a rédigé quelques vivants souvenirs sur son maître."

 

Source : Jean-Jacques Eigeldinger (Chopin vu par ses élèves)

 

 

**  Frederick Niecks (1845-1924), auteur de la première biographie complète de Chopin en deux volumes, publiée en 1888, 1890 et 1902.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : ses compositions
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 19:20

 

 

"Il n'acceptait rien de la réalité. C'était là son vice et sa vertu, sa grandeur et sa misère. Implacable envers la moindre tache, il avait un enthousiasme immense pour la moindre lumière, son imagination exaltée faisant tous les frais possibles pour y voir un soleil."

 

George Sand (Histoire de ma vie)

 

 

" Il n'a jamais vu juste les faits ni compris la nature humaine sur aucun point. Son âme est toute poésie, et toute musique. Il ne peut souffrir ce qui est autrement que lui."

 

George Sand (lettre, 1847)

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : portrait de l'homme
commenter cet article

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher