Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

A Franz qui réfléchissait à la façon dont il allait enseigner le nom des notes à son tout jeune élève qui ne savait pas encore lire, celui-ci répondit le plus naturellement du monde :

« Tu n’as qu’à les mettre en couleur ! Si tu mets leur couleur, je les reconnaîtrai... »

Le petit Aubin Adamski, personnage principal du Piano-Feu, est tout simplement  synesthète. Il perçoit les sons et les voyelles en couleur, les gravant en teintes indélébiles dans sa mémoire que cette faculté rend infaillible.  

 

Mais qu’est, au juste, ce phénomène fascinant et pourtant si mal connu que l’on nomme « synesthésie » ?

C’est une association des sens, un phénomène dans lequel une stimulation unimodale (vue, odorat…) conduit à une perception dans une autre modalité. Chez les synesthètes, les sens, toucher, goût, audition, vision et odorat, sont « mélangés » au lieu de rester séparés. Dans la synesthésie, les limites des sens sont floues, de telle façon qu’une stimulation d’un sens génère une réaction pour un autre. Par exemple, des notes de musique, des lettres et des chiffres peuvent entraîner la perception de couleur, les voyelles colorées étant la forme la plus courante de synesthésie. Ou des goûts peuvent être associés à des formes tactiles, etc.

 

Dans le cerveau, la proximité des régions traitant les couleurs et les nombres sont normalement séparées au cours du développement du cerveau (de l’enfance à l’adolescence) grâce à l’élimination de connexions préexistantes entre ces régions (élimination synaptique). Peut-être une mutation génétique entraînerait-elle un déficit d’élimination de ces connexions, entraînant des erreurs de câblage entre ces régions spécialisées ?

 

La synesthésie toucherait une personne sur 2000 environ. Elle aurait été mentionnée, déjà, en 1710 par l’ophtalmologiste Thomas Woolhouse qui décrit le cas d’un homme aveugle qui perçoit des sons qui induisent des visions colorées. En 1871, Rimbaud (souvent classé parmi les synesthètes mais qui, cependant, ne l’aurait pas été) publie le sonnet « Voyelles », provoquant l’intérêt du monde artistique européen pour le phénomène. Après un grand intérêt des scientifiques jusqu’en 1910 environ, l’étude de la synesthésie s’alanguit et le phénomène est alors considéré comme une simple curiosité de la psychologie et des neurosciences.

 

Récemment pourtant, la tendance s’est de nouveau inversée, et l’étude de la synesthésie a explosé durant ces dix dernières années.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher