Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 21:31

 

 

 

DSC05363.JPG

 

DSC05408.JPG

 

DSC05409.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC05389.JPG

 

 

DSC05396.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Claude Chopin-Lamy, arrière-arrière petite cousine de Frédéric Chopin, près des fonts baptismaux qui virent défiler plusieurs générations de ses ascendants...

 

 

Les bancs, d'époque...

 

DSC05398.JPG

 

 DSC05426.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC05364.JPG

 

 

"Le travail du bois plaisait beaucoup à Nicolas [le père de Frédéric Chopin] : son père était charron, l'oncle CHOPIN [Dominique] était maître menuisier à Mirecourt ; l'abbé NOEL était issu d'une famille travaillant le bois et il disposait dans sa "maison" d'un atelier de menuiserie tonnellerie proche du domicile de la famille. C'est lui qui autorisa Nicolas à sculpter ses initiales sur deux bancs de l'église."

 

Nicolas sculpte aussi les initiales de sa grand-mère née BASTIEN Elisabeth décédée en 1747 (photo ci-dessus).

 

Le père avait enseigné à son fils la calligraphie, l'art de bien former les caractères de l'écriture et Nicolas savait déjà que "toute page doit être belle à contempler".

 

 

Source : "Chopin, sa filiation française" par Gabriel Ladaique

 

 

DSC05424.jpg

 

 DSC05405.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC05410.jpg

 

 DSC05412.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hélas, l'église est rongée par l'humidité et les infiltrations, et des travaux imminents de rénovation sont prévus. Ce qui est un bien, mais ce qui, espérons-le, ne compromettra pas trop l'authenticité du lieu tant lié à la famille paternelle de Frédéric Chopin... 

 

 

DSC05377.JPG

 

 DSC05432.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et vidéos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 21:29
 

Nicolas Chopin -le père de Frédéric- est né à Marainville le 15 avril 1771 dans la rue de l'Atre (actuellement rue Nicolas Chopin) dans le quartier des vignerons. De cette rue, on voyait au loin l'église de Tantimont.

 

 

DSC05277

 

 

Face à la maison des Chopin, de l'autre côté de la rue, se trouvaient (et se trouvent toujours) le presbytère (la maison aux volets bleus) et l'église de Marainville.

L'église est du 18ème siècle, mais son imposante tour de défense est bien plus ancienne.

 

 

DSC05249-copie-1.JPG

 

(vue de derrière)

 

DSC05261

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                      (vue de face)

 

DSC05297.JPG

 

 (l'ancienne cure)

 

DSC05442.jpg

 

DSC05444.jpg

 

La tombe de l'Abbé Noël, surmontée du calvaire sauvé par François Chopin

 

 

DSC05266.JPG

 

 

DSC05274.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                L'escalier donnant à la tour de défense

 

DSC05271.jpg

 

 Le porche XVIIIè siècle

 

 

DSC05381.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC05384.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bénitiers, datés de l'année de la promotion de Marainville en comté et de la construction du château

 

 

 

à suivre...

 

 

Photos et vidéo par Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 21:53

 

Amis des Animaux, n'hésitez pas à aider le Refuge de Pecquencourt qui se dévoue pour sauver les chiens abandonnés (et chats à l'occasion !) , leur apporter protection et affection et leur trouver un nouveau foyer. Le moindre petit geste sera le bienvenu !

 

 

 

SKMBT_C22012102909060.jpg

 

 

 

SKMBT_C22012102909080.jpg

 

 

 

DSC06445.JPG

 

 

Et voici Vagabond, le chien mascotte, qui viendra certainement vous accueillir :

 

DSC06452.JPG

 

Et les photos de quelques uns des chiens qui attendent (à ce jour) de trouver enfin un peu d'amour et de bonheur... Beaucoup d'autres attendent également, et chaque adoption permettra à un nouvel arrivant de trouver un box et un espoir d'une vie belle et nouvelle.  

 

DSC06402.JPG

 

Il s'appelle Bob, il a huit ou neuf ans, il est très affectueux et m'a beaucoup émue...

 

DSC06440.JPG

 

DSC06400.JPG

 

DSC06403.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 DSC06406

 

 DSC06409.JPG

 

 DSC06410.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  DSC06411.JPG

 DSC06422.JPG

 

DSC06425.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

DSC06429.JPG

 

 DSC06432.JPG

 

DSC06434.JPG

 DSC06436.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

     

Eux, et beaucoup d'autres vous attendent pleins d'espoir. Ce sont tous des "coeurs entourés de poils" qui ont beaucoup à offrir. Venez les rencontrer !

 

Vous trouverez toute information nécessaire sur le site internet du refuge.

 

 

Et retrouvez également Les Amis des Animaux de Pecquencourt sur Facebook...

 

Equipe-Amis-des-Animaux-Pecquencourt.jpg

 

 

NB : ce refuge ne pratique pas l'euthanasie, vous pouvez donc l'aider en toute confiance. Bravo à tous ces bénévoles,et un grand merci pour eux !

 

 

  

Photos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Animaux
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 20:28

 

"La journée du mardi 16 octobre, grise et pluvieuse, fut une succession ininterrompue des souffrances les plus vives qui lui arrachaient des gémissements et d'accalmies procurées par les sédatifs. Gutmann qui ne le quittait pas, parvint à le soulager de contractions spasmodiques en comprimant fortement ses poignets et ses chevilles. Il glissa alors dans un assoupissement de mauvais augure :

  

Toute la soirée du 16 se passa en litanies ; nous faisions les réponses, mais Chopin gardait le silence. C'est seulement sa difficulté à respirer qui signalait qu'il était encore en vie. Ce soir-là deux médecins l'examinèrent. L'un d'eux, le Dr Cruveillé, prit une chandelle et, la tenant devant le visage de Chopin qui était devenu noir de suffocation, il nous fit remarquer que les sens avaient cessé de réagir. Mais quand il demanda à Chopin s'il souffrait, nous entendîmes encore très distinctement la réponse : "Plus".*

  

Après le départ des médecins, restèrent auprès de Chopin Gutmann et Solange. Ils essayèrent de réchauffer ses jambes enflées avec des serviettes chaudes, car, écrit Solange, "ses pieds étaient déjà glacés". Il reprit connaissance au cours de la nuit en criant : "Ma mère, ma mère !". Katherine Erskine l'entendit de la pièce voisine : "Je suis sûre que ce cri touchant que j'ai entendu cette dernière nuit solennelle ne s'effacera jamais de mon souvenir."**

          Dans les premières heures du mercredi 17 octobre, il respire si difficilement que Solange, assise au bord de son lit, le soutient sur son épaule pour l'empêcher de suffoquer. L'agonie est en train de se dénouer et la jeune femme effrayée appelle Gutmann à son secours. Il saisit Chopin dans ses bras, puis tente de le faire boire. "Qui me tient la main ?", demande Chopin.  "Quand il eut reconnu ma voix, il voulut baiser la mienne. Alors nous nous embrassâmes et il posa sur ma joue un baiser d'adieu en disant ces mots : "Cher ami !". Sa tête s'inclina vers sa poitrine, son âme s'était envolée." *** Dans la pénombre de la chambre, Solange vit avec terreur ses yeux devenir fixes et se ternir. "Ce fut affreux !". **** Il était deux heures du matin.

          Avant le lever du jour, Kwiatkowski dessina plusieurs esquisses de Chopin : "Je concentrai toutes mes forces pour ravir à la mort ces traits bien-aimés et saisir fidèlement l'expression pleine de sérénité et de poésie qui resplendissait sur le visage du Maître". **** Les premières sont pourtant effrayantes : la tête, renversée sur les oreillers, porte les traces d'une terrible épreuve, le visage est bouffi, la bouche grande ouverte. Mais au fil des heures, les traits se recomposèrent jusqu'à refléter ce calme solennel que Gavard contempla avec émotion au matin du 17 :

  

Quand je le revis quelques heures plus tard, le calme de la mort avait rendu à son visage ce caractère grandiose qu'on trouve sur le masque pris le jour même et plus encore dans la simple esquisse au crayon dessinée par la main d'un ami, M. Kwiatkowski. C'est le portrait de Chopin que je préfère. "

 

 

 *      Témoignage de Charles-René Gavard

**     Lettre de K. Erskine à L. Jedrzejewicz du 19 avril 1850. Cité par Karlowicz,

         Souvenirs inédits de Frédéric Chopin. Confirmé par Kudwika Ciechomska :

         "Ces derniers mots furent : "Maman, ma pauvre Maman".

         Il pensait en effet continuellement à sa mère et il termina sa vie avec ces

         mots sur les lèvres."

***    Lettre de Gutmann à la pianiste Heinefetter du 22 octobre 1849

****   "Je ne peux croire à l'immortalité de l'âme, depuis que j'ai vu mourir.

          J'ai perdu mes deux meilleurs, mes deux seuls amis vrais. L'un (Chopin)

          s'est éteint en me serrant la main. Il agonisait la tête appuyée sur ma

          poitrine. J'eus peur. J'appelai Gutmann qui le saisit dans ses bras. On voulut

          le faire boire. La mort s'y opposa. Il passa en attachant ses regards sur moi.

          Ce fut affreux ces yeux qui se ternirent ! Je les revis longtemps dans l'obscurité.

          Oh ! l'âme était morte aussi. Cette masse inerte et livide qu'on se mit à 

          embaumer n'était plus Chopin : car son esprit avait péri et emporté la vie avec

          soi. Il n'était plus, l'ami si bon qui m'avait aimée. Et avec la conviction

          désolante que l'existence de l'être finit avec la vie terrestre -

           je suis rentrée chez moi, le coeur navré, épouvanté du vide que la mort

           venait d'y apporter." Notes de Solange Clésinger sur Chopin.

****   Cité par Idzikowski et Sydow

 

 

 

Source : "'Chopin, l'enchanteur autoritaire", par M. Paule Rambeau

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Chopin : biographie
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 11:09

 

"La connaissance d'un grand-père est essentielle dans toute biographie, or elle reste souvent méconnue.

Pour les enfants de Nicolas [Chopin], ce grand-père demeurait un mystère. Il avait vécu là-bas, sur une terre inconnue, en cet état de Lorraine rattaché à la France en 1766. Qui était-il ? Cela demandait des explications. Nicolas accepta de les donner en insistant lourdement sur le fait que c'était un mystère, un "secret de famille" qu'il faudrait garder."

 

Et Nicolas évoqua François [et parle en son nom] : "Il [François] était le fils aîné de 10 enfants.  Son père né le 26 septembre 1712 à Xirocourt, avait épousé le 4 février 1738, à Ambacourt, Elisabeth BASTIEN. Tous deux avaient 25 ans. De cette union étaient nés quatre garçons : François en 1738, Dominique en 1741, Claude en 1743 et Jean-François en 1747. Tout allait bien à Ambacourt, mais 1747 fut une année d'épreuves et il se méfiait des 7 !

[C'est François qui parle] "Elisabeth, ma mère, et Jean-François moururent le 23 septembre 1747. Ils furent inhumés dans le même cercueil, j'avais 8 ans. Mon frère Claude décéda le 31 octobre 1747.

Mon père se remarie avec une orpheline le 25 septembre 1748, j'avais 9 ans ! Il quitta Ambacourt en 1751, laissant sur place mon frère Dominique et ma demi-soeur Thérèse, j'avais 13 ans. Avec Dominique, je fus recueilli par l'oncle CHOPIN, de Mirecourt ; j'apprendrais le métier de charron, mon frère serait initié au travail du fer, il serait forgeron."

 

 

Source : "Chopin,sa filiation française", par Gabriel Ladaique

 

 

François Chopin, né à Marainville, épouse en 1769 Marguerite Deflin, de Marainville. C'est dans ce village qu'ils viennent s'établir et donner naissance à leurs cinq enfants : Anne, Nicolas (futur père de Frédéric Chopin), Elisabeth (morte en bas âge), Marguerite (morte en bas âge) et la cadette Marguerite à nouveau. Marainville sur Madon fut donc LE village du père et du grand-père de Frédéric Chopin, et je vous propose, par cet article et les suivants, de vous le présenter.

 

 

DSC05244.JPG

 

DSC05243.JPG

 

Marainville-sur-Madon compte à peine une petite centaine d'habitants

 

 

 DSC05245.jpg

 

 DSC05247.JPG

 

 Ancienne rue de l'Atre, rebaptisée rue Nicolas Chopin

 

DSC05249.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'église, vue de derrière

 

DSC05261

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        L'église, vue de face, entourée du petit cimetière (sur la gauche, on aperçoit la tombe de l'abbé Noël)

 

DSC05439.JPG

 

L'entrée de l'église

  DSC05407

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                               L'intérieur de l'église, vue de l'autel

 

  

DSC05262.JPG

 

Le hangar qui fut construit à la place de la maison achetée par les Chopin, et à sa droite, la maison "Henry", véritable maison natale de Nicolas Chopin et où il vécut avec sa famille jusqu'au 9 février 1781 avant d'habiter la maison d'à côté achetée en 1779.

 

 

DSC05260.JPG

 

 

DSC05277.JPG

 

Vue panoramique (avec l'église de Tantimont) qu'avait Nicolas Chopin du bout de la rue de l'Atre 

 

 DSC05302.jpg

 

Vestige du portail du château de Marainville, entrée Nord

 

 

 

                                                                                                                                                                   à suivre...

Photos par Carmen Desor

 

 

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 15:51

 

 

 Article-HD-Voix-du-Nord-du-02-octobre-2012-copie-1.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Promenade avec Chopin
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 20:49

 

 Article septembre 2012 L'Observateur du Valenciennois

 

                                           

                                                  L'observateur du Valenciennois du 21 septembre 2012

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Promenade avec Chopin
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 21:37

 

Oncle de Nicolas Chopin (le père du compositeur Frédéric Chopin), Dominique naît à Ambacourt (88) en 1741 et y est élevé avec François, son frère aîné (et futur grand-père de Frédéric Chopin) dans la famille Chopin-Bastien. Tous deux reçoivent la même éducation. Ils iront notamment au Gymnasium de Tantimont (ainsi que, plus tard, Nicolas Chopin).

 

DSC05308.JPG

 

Eglise d'Ambacourt

 

   

En 1767, il épouse Marie-Rose Comte à Xirocourt. Ils habiteront Bralleville (54) à deux kilomètres de Marainville (88).  Douze enfants naîtront de cette union, dont cinq seulement survivront.

 

  

Vue-panoramique-en-montant-vers-Bralleville-04.JPG

 

Vue panoramique en montant vers Bralleville

 

 

Dominique Chopin exercera le métier de maréchal-ferrant, puis, sous la Révolution, il sera laboureur puis vigneron.



Sa maison (rénovée) existe toujours à Bralleville et abrite actuellement la famille Rivat.

 



Maison-de-Dominique-Chopin-02.JPG

 

 

Maison-de-Dominique-Chopin-08.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Photos par Carmen Desor

 

Source : "Chopin, sa filiation française" par Gabriel Ladaique

 

 

 

Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 20:31

 

DSC05140.JPG

 

DSC05163.jpg

 

DSC05167.jpg

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est à Xirocourt qu'en 1682 naît Catherine Oudot. celle qui épousera François Chapin le     20 janvier 1705 à Romont. Les Chapin deviendront Chopin et auront quatre fils : Claude, François, Dominique et Nicolas.

 

Des descendants de ces Chopin habitent toujours Xirocourt, village lorrain de 450 habitants, et au cimetière du village, pas moins de cinq tombes portent le nom de Chopin.

 

DSC05135.jpg

 

DSC05121.jpg

 

DSC05126.JPG

 

 

DSC05118.JPG

 

DSC05156.JPG

 

DSC05159.JPG

 

Les berges sauvages du Madon, une rivière qui accompagnera toute la jeunesse de Nicolas Chopin, le père du compositeur...

 

 

 

DSC05119.JPG

   

Une rue porte le nom de Frédéric Chopin... 

 

DSC05141.JPG

 

Le vieux lavoir...

 

DSC05148.JPG

   DSC05150.JPG

 

 

 

Marie-Claude-Lamy.JPG

 

 

A Xirocourt vivent encore des arrière-arrière-petites cousines de Frédéric Chopin, dont Marie-Claude Chopin-Lamy, qui descend en ligne directe de Dominique Chopin (1741-1819), grand-oncle du compositeur polonais. Marie-Claude ressent une légitime fierté vis à vis de ses origines et de sa parenté avec le musicien. J'ai eu le grand plaisir de la rencontrer, ainsi que sa soeur Yvette, et je les remercie toutes deux pour leur chaleureux accueil.

 

 

Marie-C.-Lamy.JPG

 

 

Je remercie également Mme Marie-Hélène Phulpin, maire de Xirocourt, pour son accueil spontané et le temps qu'elle m'a consacré.

 

 

 

Photos de Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 16:37

 

Soucieuse de donner la parole aux animaux souffrants et à ceux qui savent si bien exprimer cette souffrance, je suis très heureuse de reproduire sur ce blog les magnifiques textes de Gilbert Dumas, en lui renouvelant tous mes remerciements et ma reconnaissance.

 

divers-mai-2009-089.jpg

 

  Milor, mai 2009, refuge de Condé/Escaut

 

 

 

 LE VIEUX CHIEN et L’ENFANT !

 


Je les ai tant aimés, et ils m’ont tant donné,

Je revois leurs yeux quand ils me fixaient,

Je ne pourrai jamais vraiment  les oublier.

J’entends encore leur cœur, contre le mien serré.

 

Pourtant ils sont partis, me laissant sur la route.

Là, ils ont mis en moi la grande peur du doute,

De n’avoir pas su faire les signes qu’il fallait,

Ou les gestes pour dire combien je les aimais.

 

Je n’ai jamais compté le nombre de caresses,

Les heures consacrées à capter la tendresse,

Complicités du jour, compagnie de la nuit,

Instants sacrés, qui me manquent aujourd’hui.

 

Le monde est cruel et l’humain n’est pas tendre,

Les Animaux sont là pour nous faire comprendre

Que l’Amour se rencontre mais ne s’achète pas,

Il se trouve souvent… en lui tendant les bras.

 

Des yeux qui vous implorent, une queue qui remue,

Un miaulement, un aboiement, sont un appel qui tue.

Ils voudraient bien vous dire « c’est moi qui te choisis »,

Mais hélas bien trop vite, déjà, vous êtes repartis.

 

Nous resterons ici, dans ces cages affolantes, carcérales,

Merci pour les bons soins grâce à la protection Animale,

Certains pour quelques temps et d’autres pour toujours,

Espoir sans avenir, quête éperdue d’un impossible Amour.

 

Puis tu es arrivé, charmant petit enfant, tu t’es mis à pleurer,

Tes doigts se sont serrés sur la grille que tu n’as pas lâchée.

La pluie de tes larmes, les sanglots de ta voix, déchirants

De sincérité, de joie, d’Amour mêlés, ont touché tes parents.

 

Oh ! Que tu étais fier ! Tenir en ta main la laisse du bonheur,

Te rendait bien plus fort, puissant, tout en ouvrant ton cœur.

Tu as gagné petit, tu as gagné pour toi, tu as gagné pour lui,

Maintenant tu es deux, il veillera sur toi qui fus son seul Ami.

 

Qui a  dit que les vieux chiens ne s’adoptent jamais,

Il a plus de 10 ans, mais son cœur est prêt à t’aimer.

Son destin est entre tes mains, tu viens de lui sauver la vie,

Trois ans qu’il était là ; je suis content, son calvaire est fini.

 

 

Texte de Gilbert DUMAS  Résidence « La Margotine »  Quartier Brûlats

26800 – PORTES-lès-VALENCE Tél : 06.47.14.49.97 gilbert.dumas2607@orange.fr

 

 

 

divers-mai-2009-060.jpg

 

120 recadrée

 

 

Milor a été adopté le 14 juillet 2009, par une famille qui voulait sauver un vieux chien... Il a été choisi par les enfants et son histoire illustre à merveille le texte de Gilbert Dumas. Il a vécu aimé et entouré durant deux ans et demi. Trop peu, pour sa famille, mais je sais que pour lui, c'était déjà une éternité de bonheur...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Animaux
commenter cet article

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher