Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 22:48

 

 

 

 

 

 

  

Jerzy Duda Gracz (1941-2004), peintre polonais de grand renom, professeur des Beaux Arts à Katowice dont la peinture est souvent comparée à celle de Bruegel, a rendu hommage à son compositeur préféré Frédéric Chopin par une "interprétation en peinture" de toutes les oeuvres du compositeur. Il a ainsi préparé ce cycle intitulé "Dédié à Chopin par Duda-Gracz" (Chopinowi Duda-Gracz) pendant quatre ans (de 1999 à 2003).

 

Chaque tableau du cycle se rattache à une composition ou à une partie des compositions plus importantes. L'ensemble se compose de 313 tableaux (huiles, aquarelles et temperas) correspondant à 295 compositions.

 

 

 

 

 

 

Chopin et son oeuvre est un exemple de la naissance d'un nouveau courant dans la culture : le retour aux racines, le folklore rural. Duda-Gracz s'inspire uniquement du paysage polonais. Le motif musical joué sur un instrument et le motif visuel éveillent les sens et l'imagination, l'association des tonalités musicales et des couleurs se complètent harmonieusement.

 

L`exposition sous forme multimediale a été presentée dans le cadre de l`Expo 2005 au Japon, et en Pologne la même année au Théâtre  National de Varsovie à l`occasion du XVème Concours International Chopin. Elle présente l'art contemporain polonais inspiré par l'époque et la musique de Chopin et illustre la visualisation du son par la peinture.

 

 

   

 

 

 

 

 

Toute la finesse de Duda-Gracz consiste essentiellement à dépecer les expressions de la personne humaine par de nombreuses caricatures afin d’exposer les vices propres à sa nature : stupidité, paresse, la croyance en des valeurs telles que l’argent, l’hypocrisie...

Duda Gracz, qualifié de grand satire à cause de son livre de chevet sur la morale, a avant tout été à la source d’oeuvres picturales surréalistes et expressionnistes. Il a lui même prétendu représenter un monde passif, en état de mort constante, plus fondé de rêves et de caprices enfantins, un monde laissant la priorité aux productions industrielles. Son monde est en quelque sorte une utopie où téléphone, télévision, chaînes câblées, voitures, satellites, avions n’existent pas, il est constitué de tout ce qui pourrait ramener l’homme à ses origines les plus primitives, phénomène d’autant plus intensif que le développement industriel devient de plus en plus important.

 

 

Jerzy Duda-Gracz grave-Katowice 

 Tombe de Duda-Gracz à Katowice

 

   

 

http://conspero.pl/?&mid=chopinowi_duda_gracz

 

 

   

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 20:56

 

Je voudrais vous communiquer une information que l'un de nos abonnés à ce blog vient de me faire parvenir :

 

 

Présentation du livre "Chopin", le 26 octobre, à 18 h, à la librairie Coop Ambasciatori,  Via Orefici 19,  Bologne (Italie.) Editeur Damiani. www Damianieditore.it 

http://www.damianieditore.it/cerca.php?find=1&ricercalib=CHOPIN

 

Dans un livre de grand format (en italien) avec plus de 350 pages richement illustrées en papier couché, la biographie du grand compositeur polonais. Les abonnés au festival : Musica Insieme, Lezioni di piano e Teatro communale (musique ensemble, leçons de piano et théatre Communal), présentant leur carte, pourront acheter le livre au prix spécial de 30 euros au lieu de 49 euros.

 

   Livre Chopin 

Chopin

Mieczyslaw Tomaszewski

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 20:56

 

 

Du 3 au 20 octobre 2010 se déroulent les épreuves du prestigieux 16ème Concours International de Piano Frédéric Chopin dans la magnifique salle de concert de la Filharmonia à Varsovie.

 

Filharmonia 01

 

  

 

Vous pouvez assister en direct à ces épreuves, sur le site ci-dessous

 

   

http://konkurs.chopin.pl/en/edition/xvi/online/broadcasting

 

 

 

Filharmonia 08

 

 

 

Le premier concours eut lieu en 1927, à l'initiative du pianiste Jerzy Zurawlew, professeur à l'Ecole Supérieure de Musique de Varsovie, guidé par le désir de lutter contre le jugement erroné porté par les pianistes de l'époque sur la musique de Chopin. Les concours Chopin contribuèrent à faire naître un autre point de vue, et à modifier l'interprétation de ses oeuvres.

 

Les Concours devinrent une véritable institution, contribuant non seulement à la propagation du culte de Chopin dans le monde entier, mais aussi à faire comprendre l'importance universelle de sa musique.

 

Le Concours a lieu tous les cinq ans. L'invasion de la Pologne a imposé un temps d'arrêt à leur déroulement périodique. En 1949, l'idée fut reprise par la République Populaire de Pologne. Le IVème Concours, organisé pour fêter le centième anniversaire de la mort de Chopin, fut une des manifestations les plus importantes de la vie musicale polonaise d'après-guerre. Les célébrations de l'Année Chopin 1949 se déroulèrent sous le haut patronage du Président de la République de Pologne Boleslaw Bierut.

 

Lev OBORINE (U.R.S.S..) obtint le Premier prix du 1er Concours Chopin. Parmi les autres vainqueurs, citons Maurizio Pollini (Italie - 1960), Martha Argerich (Argentine - 1965), Krystian Zimerman (Pologne - 1975). En 2005, le polonais Rafal BLECHACZ fut le dernier lauréat en date (http://www.blechacz.net.pl/)

 

 

Filharmonia 02

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 20:38

 

 

 

Urne contenant le coeur

 

 

 

Le Président du Conseil National du Peuple, Boleslaw Bierut, remet au Président de la Ville de Varsovie, Stanislaw Tolwinski, le 17 octobre 1945, à Zelazowa Wola, l'urne contenant le coeur de Frédéric Chopin.

 

Cachée durant l'occupation, cette urne fut replacée ce jour-là en son sanctuaire initial de l'Eglise de la Sainte-Croix à Varsovie.

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 21:12

mb7 

 

Le site internet de L'Institut National Fryderyk Chopin est une mine de renseignements sur le compositeur et tout ce qui gravite autour de lui : l'Institut, le Festival, le Concours, le Musée...

 

 

Le site est accessible en deux langues : polonais et anglais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://en.chopin.nifc.pl/institute/

 

 

  mb14

 mb12

 

 

 

L’Institut Fryderyk Chopin couvre les domaines suivants :

 

-         Recherche et vulgarisation de la vie et de l’œuvre de Chopin

-         Publications

-         Organisation de concerts et de conférences

-         Coopération avec les institutions et organisations dédiées à la

       protection de l’héritage de Chopin

-         Rassemblement d’archives et d’objets relatifs à Chopin

-         Surveillance sur l’utilisation à but non commercial du nom et de

       l’image de Chopin

-         Centre d’information Chopin (site internet)

 

  

 mb17

 mb3

 

 mb9

 mb4

 

 mb16

 mb5

 

 mb6

 mb8

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 20:33

 

  

 

Slawomir 04

 

 

 

En passant devant la Galeria BELLOTTO, au 79 de la Krakowskie Przedmiescie à Varsovie (www.bellotto.pl) je suis tombée en arrêt devant ce magnifique buste de Chopin, et je ne peux résister au plaisir de vous présenter son créateur. Il s'agit de Micek SLAWOMIR, polonais né en 1956.

 

 

  

Slawomir 03

 

Slawomir 05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

Micek SLAWOMIR fit les Beaux Arts de Cracovie.

Spécialisé en sculptures de bronze et de marbre. Très actif dans la vie artistique de la ville de Kielce, au sud de la Pologne (sculptures en plein air, plaques, bas-reliefs et médailles), il participe à de nombreux concours et expositions.

Il soutient de nombreuses ventes de charité par le don de ses œuvres.

 

 

  

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 21:26



En réponse aux questions de Frania Wisniewska (voir Chopin : Bio01 - commentaires), voici quelques précisions sur l'historique du "parcours" du coeur de Chopin (voir aussi les articles précédents), les deux dates de naissance du compositeur -l'une officielle, l'autre officieuse, et la question toujours posée de la véritable nationalité de ce "citoyen du monde". N'hésitez pas à apporter des précisions supplémentaires...


En ce qui concerne le cœur de Chopin :

L’urne qui le contenait fut emporté par Ludwika lorsqu’elle quitta Paris avec sa fille le 02 janvier 1850, ainsi que la cassette qui contenait les lettres de George Sand. Pour passer la douane russe à Mislowicz, Ludwika dissimula l’urne sous sa robe. A son retour à Varsovie, le cœur resta un certain temps dans la maison familiale, car son dépôt dans les Catacombes présentait certaines difficultés. Grâce à l’intervention de l’évêque Deckert –ancien pensionnaire de Nicolas Chopin, et la protection particulière de presque tous les représentants du clergé,  le cœur put enfin être déposé dans les Catacombes. L’urne fut placée dans un beau coffre d’ébène sur lequel était peint un cœur en argent avec une inscription appropriée. Puis, ce coffre hermétiquement fermé fut placé dans un coffre plus grand en chêne qui fut alors scellé et déposé dans les Catacombes.

Après des années de démarches, en 1878, Antoni Jedrzejewicz, fils de Ludwika et neveu de Chopin, obtint que le cœur du compositeur fut transféré de la crypte de l’église à la nef, à condition qu’il n’y ait pas de cérémonie officielle (autorités russes obligent… Chopin représentait toujours une force subversive !). « Effectivement, cela se passa le soir, dans le silence, en présence de quelques personnes à peine (…). Quand l’ouverture du pilier où avait été déposée l’urne fut murée, une pensée s’imposa à la famille, il faudrait élever un monument à cet endroit. Cela se concrétisa par un très beau monument composé par Marconi, exécuté par Andrzej Pruszynski ».

 

Ludwika, décédée en 1855, ne put donc pas assister au dépôt du cœur de son frère dans le pilier.

 

Le cœur fut ensuite provisoirement déplacé en août 44 pour échapper aux bombardements, remis à l’archevêque de Varsovie, transféré à Zelazowa Wola puis enfin, replacé dans la nef de l’église Ste Croix lors d’une cérémonie officielle en 1945.


Pourquoi la date du 22 février, reconnue pourtant comme étant erronée, figure-t-elle encore et toujours sur tant de plaques et de monuments ? 
 Chopin est bien né le 1er mars 1810, on ne peut contester les témoignages de Chopin lui-même, de sa mère et de ses proches. Malheureusement, c’est bien la date du 22 février qui est gravée sur de nombreux monuments et plaques commémoratives en Pologne et en France, et qui est reprise par de nombreux biographes. Pourquoi ? Parce que c’est la date officielle indiquée par les registres paroissiaux découverts en 1893 à Brochow. Mais il y a également eu confusion par le passé sur l’année de naissance. En effet, Izabela Chopin et Julien Fontana tenait 1809 pour la date de naissance de Chopin, ce qui fut repris par de nombreux biographes du 19ème siècle. Chopin lui-même, dans sa prime jeunesse, ne retenait jamais son âge, d’autant que ses parents le vieillissaient toujours d’une année lorsque l’enfant donnait une prestation publique...

 

En ce qui concerne la nationalité de Chopin, elle prête là encore à confusion. D’un point de vue purement juridique, Chopin serait français. En effet, selon le Code Napoléon de 1804 en vigueur à l’époque, et applicable à Chopin, seule l’acquisition de la nationalité par le sang comptait (celle par le sol ne s’appliquera qu’à partir de 1945). Article 10 du code civil : « Tout enfant né d’un français à l’étranger est français ».  Cette nationalité française sera également authentifiée sur le passeport qui est délivré à Chopin par les autorités françaises le 07 juillet 1837. Cependant, trois autres articles du Code Civil frappaient le père de Frédéric Chopin et lui ôtaient sa qualité de Français (les articles 17, 18 et 21) : il avait pris du service militaire à l’étranger sans autorisation du Roi (il s’était engagé dans la Garde Nationale) et accepté des fonctions publiques conférées par un Gouvernement étranger (il fut professeur au Lycée, à l’Ecole d’Artillerie et du Génie, à l’Ecole Militaire préparatoire). Chopin était donc né d’un français qui aurait perdu sa nationalité française. D’où la confusion, d’où la revendication de la Pologne comme de la France à « s’approprier » Chopin... Alors, quelle est donc véritablement la nationalité de Frédéric Chopin ?


Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 21:46



Monsieur,

Monsieur Duault vous a demandé de faire entrer Frédéric Chopin au Panthéon à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Vous recevrez sans doute de nombreuses réactions négatives à cette proposition. Chopin n'est pas un compositeur comme les autres. Il provoque la passion, une douce fascination. Il parle au coeur, il parle à l'âme, il est universel. On l'aime, on le vénère, on le garde bien au chaud au fond de soi comme un ami, un frère, un amant, un guide. Chopin est un miracle qu'on ne peut ajouter à une collection de grands hommes. 
Geste politique dont vous ressortirez grandi ? Certes. Mais qui pourra lui apporter des violettes lorsqu'il sera dans son catafalque effrayant ? Aucune offrande ne sera admise. Un arrachement pour ceux qui l'aiment avec leur âme, avec leur coeur, avec leurs tripes... Un geste ressenti comme une punition. Qui osera laisser couler ses larmes dans l'intimité avec l'artiste ? Sous l'oeil des gardes et des caméras de surveillance ? Plus d'intimité. Plus d'épanchement. Le Panthéon : un éloignement, une prison. Laissons Chopin dans son petit coin de Paris. C'est lui qui avait choisi d'y être enterré, au plus près de Bellini.
Mais je m'arroge le droit de parler à sa place. Peut-être Chopin serait-il indifférent à ce transfert, de là où il se trouve à présent. Peut-être serait-il même flatté... ? Et peut être -sans doute même- Mr Duault croit-il bien faire en lui rendant un tel honneur. Mais pensons à tous ses admirateurs et amis qui se retrouvent et se consolent dans sa musique, en parfaite communion. Combien habitent à des centaines, à des milliers de kilomètres, et planifient cette visite longtemps à l'avance ? avec impatience, dans l'attente de ce bonheur simple ? Ils sont enfin là, au "Père Lachaise" (quel drôle de nom français !), avec leur plan à la main, à chercher, à tâtonner dans le dédale des petites ruelles. Quand enfin, la jolie tombe blanche leur apparaît, comme une récompense, comme un rendez vous depuis longtemps inscrit dans le temps et l'espace. Et puis, il y a les autres, les habitués, qui viennent dans un pélerinage quasi-quotidien, lui confier leurs joies ou leurs chagrins, le saluer, le remercier. Simplement. Je crois même qu'ils continueraient à venir, tous, se recueillir devant la tombe vide, à le chercher, à chercher une âme qui elle, ne quittera pas cet endroit.
Son âme.
Vous tuerez tout cela,  Mr Sarkozy, en
"panthéonisant" Frédéric Chopin.

Carmen Desor

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 22:29


Dans une Lettre au président de la République publiée dans le numéro de décembre-janvier de Classica, Alain Duault, commissaire de l’Année Chopin en France, demande publiquement à Nicolas Sarkozy de faire entrer Chopin au Panthéon en 2010, année du bicentenaire de sa naissance, estimant qu’« il est temps d’accomplir un grand geste culturel et européen ».
Le musicien a en effet « composé des polonaises ou des mazurkas, d’inspiration polonaise », mais aussi « des valses, d’inspiration viennoise, des préludes, d’inspiration allemande (via Bach), des nocturnes, d’inspiration irlandaise (via John Field, l’inventeur de cette forme), une barcarolle, d’inspiration italienne et des ballades, d’inspiration française », liste le critique musical.


                                                                                                              (extrait d'une dépêche de l'AFP du 26 novembre 2009)

QU'EN PENSEZ-VOUS ????

 

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 09:49












Les Nazis imposèrent de nombreux interdits durant la deuxième Guerre mondiale. C’est ainsi qu’après l'invasion de la Pologne, toute expression de la culture autochtone ne fut plus autorisée. La musique de Chopin soutenait les Polonais dans leur conscience nationale et leur permettait de survivre, ce que les Nazis comprenaient très bien. Elle fut donc interdite pendant la guerre. Les oeuvres de Chopin furent alors interprétées dans des concerts clandestins.  Cette musique devint un cri de ralliement pour la résistance polonaise.

 

Ironie de l’histoire, le cœur de Chopin (scellé dans un pilier de l'Eglise Sainte Croix) a pu survivre à la destruction massive de Varsovie par les nazis grâce à l'intervention du général nazi SS d'origine polonaise Erich von dem Bach !

 

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher