Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 21:46



Monsieur,

Monsieur Duault vous a demandé de faire entrer Frédéric Chopin au Panthéon à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Vous recevrez sans doute de nombreuses réactions négatives à cette proposition. Chopin n'est pas un compositeur comme les autres. Il provoque la passion, une douce fascination. Il parle au coeur, il parle à l'âme, il est universel. On l'aime, on le vénère, on le garde bien au chaud au fond de soi comme un ami, un frère, un amant, un guide. Chopin est un miracle qu'on ne peut ajouter à une collection de grands hommes. 
Geste politique dont vous ressortirez grandi ? Certes. Mais qui pourra lui apporter des violettes lorsqu'il sera dans son catafalque effrayant ? Aucune offrande ne sera admise. Un arrachement pour ceux qui l'aiment avec leur âme, avec leur coeur, avec leurs tripes... Un geste ressenti comme une punition. Qui osera laisser couler ses larmes dans l'intimité avec l'artiste ? Sous l'oeil des gardes et des caméras de surveillance ? Plus d'intimité. Plus d'épanchement. Le Panthéon : un éloignement, une prison. Laissons Chopin dans son petit coin de Paris. C'est lui qui avait choisi d'y être enterré, au plus près de Bellini.
Mais je m'arroge le droit de parler à sa place. Peut-être Chopin serait-il indifférent à ce transfert, de là où il se trouve à présent. Peut-être serait-il même flatté... ? Et peut être -sans doute même- Mr Duault croit-il bien faire en lui rendant un tel honneur. Mais pensons à tous ses admirateurs et amis qui se retrouvent et se consolent dans sa musique, en parfaite communion. Combien habitent à des centaines, à des milliers de kilomètres, et planifient cette visite longtemps à l'avance ? avec impatience, dans l'attente de ce bonheur simple ? Ils sont enfin là, au "Père Lachaise" (quel drôle de nom français !), avec leur plan à la main, à chercher, à tâtonner dans le dédale des petites ruelles. Quand enfin, la jolie tombe blanche leur apparaît, comme une récompense, comme un rendez vous depuis longtemps inscrit dans le temps et l'espace. Et puis, il y a les autres, les habitués, qui viennent dans un pélerinage quasi-quotidien, lui confier leurs joies ou leurs chagrins, le saluer, le remercier. Simplement. Je crois même qu'ils continueraient à venir, tous, se recueillir devant la tombe vide, à le chercher, à chercher une âme qui elle, ne quittera pas cet endroit.
Son âme.
Vous tuerez tout cela,  Mr Sarkozy, en
"panthéonisant" Frédéric Chopin.

Carmen Desor

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : divers
commenter cet article

commentaires

corsoblanc 06/12/2009 10:49


Très belle lettre, tu as tout a fait raison. Je n'ai pas été beaucoup en visite ces derniers temps, ni ne me suis occupée de la commande de ton livre car suis encore bien contrariée avec ma maman
.... mais je n'oublie pas ... Je te souhaite une bonne journée ... A bientôt ... Bisous .....


Ame Chopinienne 06/12/2009 11:17


Heureuse de ta visite. Ne t'en fais pas, moi aussi j'ai été très contrariée avec ma maman il y a un an pour des problèmes de santé, mais tout s'est bien arrangé. Si tu veux m'en dire plus, tu peux
m'écrire directement à mon adresse mail, et nous en discuterons. Quand tu auras le temps, donne dans les commentaires de cet article ton avis direct sur ce projet de transfert de Chopin au
Panthéon, ce que tu en penses, les raisons de ton désaccord... Qui sait, peut être tiendront-ils compte des avis émis par les admirateurs du grand Maître... ?


Matheo 02/12/2009 18:26


belle lettre même si je ne vois pas le compositeur comme un ami ou un frère mais comme un homme pour qui j'ai une immense admiration et une non moins immense gratitude.
Bonne soirée


Ame Chopinienne 02/12/2009 21:18


Oui Mathéo, j'exprime aussi ces sentiments lorsque je dis qu'on le vénère, ou que l'on vient sur sa tombe pour le remercier. Chopin suscite beaucoup de sentiments différents selon la façon dont on
le ressent, mais le point commun à tous ceux qui le revendiquent est la force de ces sentiments. C'est pourquoi Chopin est un cas si "sensible". Espérons que le président aura d'autres chats à
fouetter et que cette proposition tombera aux oubliettes... Bonne soirée à toi aussi.


Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher