Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 19:59

 

DZ dworek 02

 

 

L'ancien théâtre dans lequel a joué Chopin en 1826, situé dans le Parc des Bains et élevé vers 1810, porte aujourd'hui le nom de "Manoir de Chopin".

 

 

DZ dworek plaque extérieure

 

DZ dworek 02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DZ dworek entrée 01

 

DZ dworek plaque dans entrée

 

DZ dworek buste dans entrée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DZ dworek intérieur 01

 

 

Depuis 1946 se déroule dans cette salle le Festival international de piano Chopin, qui est le plus ancien festival  en Pologne et le grand des festivals Chopin dans le monde.

 

 

 

                                                                                                     à suivre...

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 21:51

 

 

Le nom de Chopin a été donné à l'une des sources, Pieniawa Chopina, anciennement Brunne.

 

DZ spa source Chopin 02

 

 

DZ spa source Chopin 03

 

DZ spa source Chopin 01

 

 

L'établissement thermal dans lequel se trouve l'arrivée de

l'eau de la Source Chopin (voir ci-dessous)

 

 

DZ spa source Chopin intérieur 01

 

C'est ici que vous pourrez boire l'eau qu'ingéraient le jeune Chopin

et sa soeur Emilia durant leur cure...

Emilia détestait le goût d'encre de cette eau !

 

DZ spa source Chopin plaque 01

 

 

Dans l'établissement se trouve une plaque retraçant l'historique de la

station thermale. On y retrouve le nom de Chopin.

 

 

DZ spa source Chopin composition eau

 

Composition de l'eau de la Source Chopin

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 10:46

 

Panorama 01

 

Panorama de Duszniki miasto (centre ville) près du parc thermal (spa)

 

 

Reinerz est redevenue polonaise et a repris son nom de Duszniki-Zdrój (prononcer : douchniki zdrrouïlle). Dans l'ensemble, le lieu n'a pas beaucoup changé depuis l'époque de Chopin. Vous pouvez le situer sur la carte ci-dessous, en basse-Silésie, au sud-ouest de la Pologne actuelle. 

 

 

Carte Pologne sur les pas de Chopin

 

Carte sur laquelle figurent tous les endroits  liés au compositeur

 

DZ panneau

 

Duszniki reste une station thermale réputée, où les lieux fréquentés par Chopin sont signalés par des plaques. Le nom de Frédéric Chopin a de plus été donné à l'une des sources, Pieniawa Chopina, ainsi qu'à l'allée reliant la petite ville au sanatorium, à deux lotissements et à un hôtel.

 

DZ torrent

 

DZ eau ferrugineuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

DZ église et pomnik

 

            Au premier plan, la statue de Chopin (pomnik Chopina) 

 

DZ spa 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le petit kiosque à musique

 

 

DZ papeterie 01

 

La papeterie classée est sûrement restée la même, simplement peut-être mieux entretenue ; on peut non seulement y acheter du papier fait main (avec des pétales de roses ou de violettes) mais aussi le fabriquer soi-même. Chopin utilisait pour sa correspondance du papier qui en provenait. D'après les récits de sa soeur Ludwika, on suppose qu'il visita cet endroit à la limite de la petite ville.

 

DZ maison Mendelssohn 01

 

 

La maison dans laquelle vécut le jeune Félix Mendelssohn en 1823, date à laquelle il se produisit à Reinerz (trois ans avant Chopin), à l'âge de 14 ans.

 

   

Maison de Mendelssohn 05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Maison de Mendelssohn 02

 

 

à suivre (la Source Chopin, le manoir, les monuments, la Fondation Chopin)

 

 

 

Photos par Carmen Desor

Source : Sur les pas de Chopin, Bosz

 

 

 

Repost 0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 20:18

 

SL700204

 

 

SL700189

 

 

Une querelle vieille de plusieurs décennies concernant la résidence réelle de Chopin et Sand à Majorque vient de prendre fin  grâce à un piano.

Depuis 96 ans, dans la Chartreuse de Valldemosa, un petit musée accueille les visiteurs qui peuvent voir les pièces dans lesquelles le couple est supposé avoir résidé, et admirer les objets, y compris le piano droit que Chopin utilisait en attendant l’arrivée –tardive- de Paris de l’instrument qu’il avait commandé. Connu comme le « Musée Fryderyk Chopin et George Sand à Valldemosa »,  ce musée a été créé par la famille Ferra et abrite des souvenirs, y compris des manuscrits originaux et des lettres écrites pendant leur séjour.

 Musée à Valldemosa 

SL700220

 

Mais la famille Quetglas qui possède l’appartement voisin dans l’ancien monastère prétend depuis longtemps que ce sont LEURS pièces la véritable résidence du couple. Elle a donc créé un musée rival, appelé le « Musée Chopin » dans lequel trône le piano Pleyel si longtemps attendu par le compositeur et arrivé seulement trois semaines avant le départ du couple en février 1839.

Les deux musées ont coexisté, avec des visiteurs payant deux billets d’entrée séparés, mais la famille Quetglas a entamé l’année passée une bataille juridique dans le but de faire fermer leurs rivaux.

 

Un juge vient de statuer que la famille Ferra n’avait aucun droit de prétendre que Chopin avait séjourné dans leurs pièces, et lui ordonna de faire disparaître toute publicité allant dans ce sens et déclarée à présent comme frauduleuse. La décision du Tribunal de Commerce de Palma, capitale de l’île, est intervenue après que les experts ont examiné les lettres écrites par le couple, ainsi que les croquis réalisés par les deux enfants de la romancière de la vue depuis la terrasse de l’appartement.

 

Mais la clef de cette décision, affirma le juge, fut la preuve apportée que le misérable piano mallorquin prétendument utilisé par Chopin pour composer ses Préludes, selon la famille Ferra,  avait en fait été fabriqué une décennie au minimum après la visite du couple à Majorque, et même après la mort de Chopin.

« Le piano fabriqué dans les années 1850’s ne pouvait pas être contemporain de Chopin », écrivit le juge qui conclut que la seule résidence pouvant légitimement prétendre avoir été la résidence de Chopin était celle appartenant à la famille Quetglas.

 

Depuis un siècle, les visiteurs de la chartreuse de Valldemosa ont donc été induits en erreur…

 

SL700223

 

D’après un article de Fiona Govan dans « The Telegraph » Madrid, 1er février 2011

 

 

Repost 0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 20:28

 

 

 Chopin-mine-de-sel.jpg

 

 

En mémoire du passage de Chopin dans la mine de sel de Wieliczka le 23 juillet 1829 (en compagnie de Romuald Hube -professeur de droit à l'Université de Varsovie, Ignacy Maciejowski -assesseur à la Cour d'Assises, Alfons Brandt, Marceli Celinski et Mieczysław Potocki -condisciples de Frédéric au Lycée de Varsovie), une statue, créée par le Professeur Bronislaw Chromy, a  été  dévoilée le  9 octobre  2010. Ce jour a été également marqué par l’inauguration d’une exposition intitulée « La mine de sel de Wieliczka à l’époque de Chopin » qui sera ouverte jusqu’au 14 novembre 2010. C’est le seul monument de Chopin qui se trouve aussi profond, à 135 m sous la surface.

 

 

DSCN5198

 

 

Classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est l’une des plus anciennes mines de sel d’Europe (13ème siècle), située à 14 km de Cracovie. Elle s'étage sur neuf niveaux et comprend 300 km de galeries, où sont sculptés dans le sel des autels, des statues et autres œuvres d'art.

 

   

 

 

 

 

Parmi les endroits les plus beaux de la mine, il faut indubitablement mentionner la Chapelle de la Bienheureuse Kinga (Cunégonde),  à 101 m de profondeur, creusée à même la roche saline, avec ses lustres composés de cristaux de sel et ses sculptures de sel gris.

 

  Mine sel 03 La chapelle Kinga 

Cette visite eut lieu dans le cadre du premier grand voyage de Chopin à l'étranger, et dont la première étape fut Cracovie et ses environs. La mine que vit Chopin était entièrement différente de celle d'aujourd'hui : un endroit sombre, visitée uniquement à la lueur des lampes à huile, rempli des bruits d’extraction du sel. Parmi les lieux existant actuellement, il est sûr qu'il vit la Chapelle Saint Antoine. Il était alors d’usage d’inscrire le nom des visiteurs. C’est ainsi que le Musée de la mine possède un livre avec l’autographe de Chopin.

 

 

  

Chopin mine de sel signature 

Malheureusement, rien ne subsiste dans la Correspondance de Chopin concernant cette visite et les impressions qu'en a pu ressentir le jeune compositeur...

 

 

 

  http://www.muzeum.wieliczka.pl/News.116+M5a930f163c6.0.html

 

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 12:30

 

Brochów (prononcez "bror-rouf"), est une petite paroisse près de Sochaczew et de Zelazowa Wola, dans les archives de laquelle sont conservés tous les actes de la famille Chopin. C'est là, dans l'Eglise paroissiale St Roch (actuellement Eglise St Jean-Baptiste), que fut baptisé Frédéric le dimanche de Pâques 23 avril 1810. C'est ausi là que s'étaient mariés ses parents le 2 juin 1806 et que se mariera sa soeur Ludwika en 1832.

 

L'acte de baptême précise que l'enfant a déjà été ondoyé ("baptisatum ex aqua") peu après sa naissance, c'est à dire qu'il reçut un premier baptême d'urgence, en raison sans doute de sa grande fragilité. Cet ondoiement eut lieu à Zelazowa Wola en présence de la Comtesse Ludwika Skarbek.

 

La route directe qui mène de Zelazowa Wola à Brochów est longue de 10 km. Il est très probable que la famille Chopin combina chaque séjour à Zelazowa Wola avec des visites à Brochów.

 

 

DSCF3858

 

 

L'église de Brochów, située sur les rives de la Bzura, est un bâtiment unique, qui possède un caractère à la fois sacral et défensif, un style à la fois gothique et renaissance, à l'aspect militaire (trois tours cylindriques, une galerie en tunnel avec des meurtrières). La construction d'une église de briques commença en 1351, et cette église fut reconstruite deux siècles plus tard, entre 1551 et 1596 et subit des travaux de conservation qui s'achevèrent en 1665. Au 17ème siècle, elle fut entourée de murs et d'un fossé.

 

 

 

Brochow extérieur de l'église

 

 

DSCF3863

 

 Brochow 01

 

 

 

Brochow extérieur de l'église

 

 

Brochów fut souvent envahie et endommagée (invasion suédoise de 1655, guerres napoléoniennes, en 1915 durant la première guerre mondiale). Pendant la bataille de la Bzura en septembre 1939, un poste d'observation polonais fut installé dans l'une des tours.

 

 

DSCF3782

 

DSCF3822

DSCF3820

 

DSCF3826

 

 

La basilique à trois nefs, dont la voûte en berceaux est peinte de fresques, a une acoustique parfaite. On y donne des concerts Chopin, on y fait entendre des oeuvres de Chopin jouées sur les orgues. Depuis 2006, des récitals Chopin sont donnés dans l'église chaque dimanche de juillet et d'août.

 

En 1993, fut apposée une plaque commémorative à l'intérieur de l'église, sur le côté gauche de la nef. Une autre plaque, située sur l'un des piliers de l'église, relate l'histoire de la paroisse et de ses liens avec la famille Chopin.

 

 

DSCF3791

 

 DSCF3830

 

 

 

Brochow intérieur de l'église

 

 

Brochow affichage actes Chopin

 

 

 

 

Brochow 73

 

St Roch, le premier patron de la paroisse

 

 

A quelques dizaines de mètres de l'église, un monument commémoratif a été inauguré à la mémoire de Frédéric Chopin.

 

 

DSCF3880

 

 

DSCF3874

 

 

DSCF3876

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos et vidéos par Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 19:17

 

Sochaczew 08 musée

 

 

Aux environs de Zelazowa Wola se trouve la petite ville de Sochaczew. Fryderyk y passait pour aller en vacances à Szafarnia en 1824 et 1825. C'est également là qu'il venait avec Michal Skarbek lors de ses séjours à Zelazowa Wola. En outre, chacun de ses séjours à sa maison natale comprenait de nombreuses marches et promenades dans les villages environnants dont, très certainement, celui de Sochaczew.

 

Le 29 août 1830, le général Szembek l'invita à rejoindre son camp de Sochaczew établi dans les bâtiments d'un ancien couvent de Dominicaines près des ruines du vieux château des ducs de Mazovie,  pour qu'ensemble, ils fassent de la musique.

 

"Avant-hier, j'ai fait une seconde visite au camp du général Szembek dont le quartier est établi à Sochaczew. Michal devait m'y conduire, mais comme cela ne lui fut pas possible, le général me fit chercher par son adjudant Czaykowski [ ]. C'est un Paganiniste enragé et il appartient à la caste des bons musiciens. Il a fait jouer pour moi la musique de son régiment. [ ] Szembek possède un piano dans son camp. Je ne sais comment cela s'est fait, mais il n'a pas semblé seulement me comprendre, il m'a compris vraiment." 

(extrait lettre de Chopin à Titus Woyciechowski, 31 août 1830)

 

Chopin y joua ses propres compositions, dont l'Adagio du Concerto en Fa mineur.

 

Le couvent des Dominicaines fut détruit pendant la deuxième guerre mondiale. Les ruines du château, elles, sont toujours visibles.

 

Les habitants de Sochaczew se souviennent des liens qui l'unissent au grand compositeur. 

 

 

Sochaczew 04 monuments

 

  Sochaczew 07 monuments

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut également rappeler que ce sont les habitants de Sochaczew qui, ne pouvant supporter l'état d'abandon du lieu de naissance de Chopin, fondèrent entre les deux guerres un Comité Chopin dans le but de racheter à des propriétaires privés le manoir de Zelazowa Wola, notamment grâce aux recettes des concerts organisés à cette fin et donnés par des musiciens célèbres. 

 

L'exposition de l'année Chopin 2010 au Musée de Sochaczew vise à faire connaître au public la contribution de ce Comité au sauvetage de la maison natale de Chopin. Très intéressante, cette exposition montre, entre autres, les photos des travaux de reconstruction dans les années 1930. 

 

http://www.e-sochaczew.pl/muzeum/czasowe/2010chopinSochaczewianie.html

 

 

 

 

Repost 0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 20:37






      














Assise sur la pierre tombale qui jouxtait la sépulture de Chopin, Aurore fixait le minuscule interstice qui s’était formé dans le scellement du tombeau. Telle une ombre furtive plaquée contre la pierre, sa pensée pénétra la cavité obscure et parvint jusqu’au cercueil massif. Audacieusement, elle s’y glissa, avec pudeur et respect, pour que cela ne ressemblât pas à un viol.  Chopin était si proche.  A quelques mètres à peine. Si proche que cela paraissait irréel. Elle se le représenta, figé dans la mort et l’embaumement, ignorant du flot continu des visiteurs. Lui, que la foule effrayait. Lui, que les centaines d’yeux des spectateurs indisposaient.


 

Aurore parvenait à remonter le temps, ou plutôt à défalquer les années qui s’étaient superposées, jour après jour. Et ce, jusqu’à celui, mémorable, où le cortège funèbre s’était arrêté, à cet endroit précis. Le temps n’avait fait qu’accumuler les images et les sons en un fondu enchaîné, qu’il suffisait de rembobiner comme un film que l’on passerait à l’envers. En spectatrice fantomatique des funérailles, elle arrivait à sentir sur ses joues le frôlement du petit vent d’automne. Elle pouvait encore palper la présence de Solange ou de Jane Stirling. Celle de Delacroix et de Pleyel.  Elle percevait la scène que sa clairvoyance extatique rendait terriblement vivace, tandis que le vent lui soufflait les mots d’adieu et les sanglots étouffés.  

                                                       

 

 

                                                                                                                                              
Chopin l’habitait au même titre que Léo, et même davantage. Elle avait porté ses pas dans les siens, de Varsovie à Paris, de Majorque à Nohant, pour que ce don d’empathie qui était à la fois sa grande force et sa grande faiblesse pût trouver dans les repères visuels des lieux de vie du compositeur, le moyen le plus sûr de sa pleine expression.

Soudain, elle enfouit son visage dans le plan de Paris pour que les touristes qui venaient de s’arrêter ne pussent voir ses joues humides. L’animation provoqua une brutale réintégration du présent. En une fraction de seconde, les années se superposèrent à nouveau, entraînant 1849 dans une plongée vertigineuse. L’ombre qui s’était blottie contre le corps de Chopin refit le trajet inverse et se refaufila par le discret interstice. Elle s’éloigna de quelques pas, s’approcha de la modeste sépulture de Pierre Desproges.

Elle remarqua alors que de petites fleurs mauves semblables à de minuscules pensées se dressaient fièrement parmi les abondants brins d’herbe. Etait-ce possible ? A deux pas de Chopin s’épanouissaient les petites fleurs préférées du Maître : des violettes !





                            (Extrait du Piano-Feu, Carmen Desor - 2009)  -  Photos C. Desor

 

 

Repost 0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 22:59




Joyau architectural du XVIIe siècle, situé sur l'île Saint-Louis, l'hôtel Lambert est au cœur d'une polémique concernant des projets de rénovation.


 

Construit par Louis Le Vau au XVIIe, l'hôtel Lambert – hôtel particulier -  a vu défiler dans ses salons le Tout-Paris artistique du milieu du 19ème siècle, dont Frédéric Chopin, George Sand et Eugène Delacroix. L'im­mense bâtiment est un mélange de pièces historiques extraordinaires - dont la fameuse galerie d'Hercule (œuvre du peintre Le Brun) - et d'autres à l'allure plus vieillotte. Michèle Morgan l’habita durant plusieurs années.

 

Classé aux Monuments Historiques, l’Hôtel Lambert est aujourd’hui la propriété du frère de l’émir du Qatar, Hamad al-Thani, qui le racheta en 2007 à la famille Rothschild, et qui compte démarrer mi-novembre des travaux de restauration :  Installation de quatre ascenseurs, construction d’un parking souterrain, rehaussement du mur du jardin… Le projet de réhabilitation actuel ne prévoit pas de conserver les modifications faites au XIXe siècle. L’ambassadeur de Pologne s’en est  ému : les travaux entrepris au XIXe siècle ont été ordonnés par le prince Adam Czartoryski, figure éminente de l’histoire polonaise, dont la famille a occupé l’immeuble de 1843 à 1975.

 

Relayant de nombreuses inquiétudes, l’Association Paris historique a saisi le tribunal administratif.

  

Verdict le 09 septembre.

Repost 0

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher