Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 23:43

 

 

Chopin avait bien pressenti le danger d'un article rédigé par Liszt. Ses appréhensions étaient fondées. Mais je me permets de citer ici Marie-Paule Rambeau :

 

 

"La méfiance de Chopin à l'égard de la critique de Liszt n'était pas entièrement injustifiée. Les éloges et l'admiration ne lui étaient certes pas mesurés, mais Liszt faisait en sorte de mettre Chopin hors jeu et l'éliminait en temps que rival sur son terrain, car il n'est pas question des qualités de son jeu, en soulignant assez perfidement que son retrait du mouvement musical avait créé autour de lui "un silence complet de la critique (..) comme si la postérité était venue"; S'agissant d'un homme qu'on savait malade, la remarque était spécialement déplacée ; elle impliquait qu'ayant atteint la plénitude de ses pouvoirs créateurs, Chopin n'évoluerait plus. Par ailleurs, l'insistance à désigner "cette célébrité exquise, toute en haut lieu, excellemment aristocratique", réduisait la réception de l'oeuvre de Chopin à une élite de fidèles inconditionnels, véritable rempart contre le jugement du vrai public. Enfin la comparaison avec son compatriote Mickiewicz était particulièrement dépréciative et atteignait doublement sa cible : la gloire de Chopin ne pouvait prétendre à se mesurer à celle de l'illustre poète parce que le piano était incapable d'exprimer la profondeur et l'énergie de sa pensée : "ses moyens d'expression étaient trop bornés, son instrument trop imparfait ; il ne pouvait à l'aide d'un piano se révéler tout entier." Et d'attribuer à cette insuffisance de l'instrument l'introversion de Chopin et la mélancolie de son inspiration, signes d'une insatisfaction permanente. Liszt se rangeait donc à l'avis de Schumann. Il lui faudrait plusieurs années pour revenir sur ce contresens qui dénotait la divergence des orientations esthétiques des deux musiciens à cette époque."

 

 

Marie-Paule Rambeau -  Chopin, l'enchanteur autoritaire (Ed.L'Harmattan)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : les concerts
commenter cet article

commentaires

bernadette 15/01/2011 10:48



Oui, Marie-Paule Rambeau sait bien analyser la critique de Liszt!


Mais espérons peut-être que les amateurs de l'époque ne se sont pas tous rendus compte de la perfidie de l'article...



Ame Chopinienne 16/01/2011 00:23



Espérons qu'ils s'en soient rendu compte, au contraire ! Mais je pense que c'est ce que tu voulais dire. Les lecteurs de la Gazette musicale devaient être musiciens ou mélomanes,
logiquement. Et au fait de la rivalité des deux compositeurs... Ils auront, espérons-le, su lire entre les lignes et fait la part des choses.



matheo 15/01/2011 10:20


Au fond Lizst, que j'aime énormément, se savait inférieur face au géni de Chopin. Bisous


Ame Chopinienne 16/01/2011 00:10



Ses manoeuvres semblent confirmer une certaine crainte vis à vis du génie de Chopin, et l'aversion de celui-ci pour les concerts en public devaient bien l'arranger ! Je ne dirais pas que Liszt
était inférieur à Chopin, bien que je place celui-ci au-dessus de tout. Ils étaient géniaux tous les deux, et Liszt était à mon sens un des plus grands esprits artistiques du 19è siècle. Mais la
musique de Chopin, par ce qu'elle est capable d'exprimer, est bien plus universelle que celle de Liszt, et par cela, elle lui est largement supérieure.


(Heureuse de te retrouver, Mathéo, tu nous a manqué et beaucoup inquiétés. Bisous, et bonne année à toi)



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher