Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 20:50

 

 

Chopin visita la région de la Bohême et sa capitale Prague à trois occcasions, dont la première à l'été 1829 durant son retour de Vienne, accompagné de quatre amis.

 

La 1ère fois, venant de Cracovie, il traverse la frontière polonaise à Cieszyn le 30 juillet 1829 puis voyage d'une traite à travers la Moravie, passant Olomunc, Brno et Mikulov. Le jour suivant, il arrive à Vienne. Il y reste presque trois semaines, avant de se remettre en route pour Varsovie, accompagné de ses trois amis, Ignacy Maciejewski, Alfons Brandt et un marchand de Gdansk du nom de Norman. Leur itinéraire de retour est différent de celui de l'aller. Une diligence rapide quitte l'Hôtel de la Ville de Londres, à Vienne, à 10 heures le 19 août 1829, passe par Znoymo, Moravsky Budejovice et Jihlava.

La diligence arrive à Prague le 21 août, s'arrêtant en face de l'Hôtel de l'Ange doré (Beim goldenen Engel) dans la rue Celetna au n° 588. C'est dans ce même hôtel que Wolfgang Amadeus Mozart résida en 1787, ainsi que les parents de Chopin en 1835, en chemin vers Karlsbad.

Cependant, Chopin et ses amis ne choisirent pas cet hôtel. Après le déjeuner, ils se dirigèrent vers un hôtel plus moderne et populaire U Modre Hvezdy  - l'Hôtel du Cheval Noir -construit en 1818 près de la Tour poudrière.  Peu avant l'arrivée de Chopin, Paganini, Glinka, Moniuszko et Wagner étaient descendus dans cet hôtel.

 

 

 

Hôtel U modre Hvezdy Prague

 

  l'hôtel U Modre Hvezdy au 24 rue Celetna

 

Durant ce séjour, Chopin rencontra Vaclav Hanka (1791-1861), bibliothécaire du Musée,  polonophile, slavophile, et leader de la renaissance du nationalisme tchèque, et de qui Chopin apprit beaucoup de l’histoire de Prague. 

  

"Après bien des secousses en Eilwagen nous sommes arrivés à Prague hier midi. Nous avons été aussitôt à la table d'hôte. Après le dîner, nous nous rendîmes chez Hanka [...] Nous sommes restés longtemps dans la cathédrâle et n'avons plus trouvé Hanka chez lui. Dans l'ensemble, la ville, telle qu'on la découvre de la montagne sur laquelle s'élève le château, est belle. Elle est grande, ancienne et fut riche autrefois. J'ai emporté de Vienne six lettres qui m'avaient été remises peu avant mon départ. Il y en a cinq de Würfel et une de Blahetka, cette dernière adressée à Pixis le prie de me faire visiter le Conservatoire. Ici aussi, l'on voudrait que je me produise, mais je resterai à Prague trois jours seulement. D'ailleurs, je ne veux pas courir le risque d'abîmer ce que j'ai obtenu à Vienne (Prague a mal accueilli Paganini lui-même) et je me tiens tranquille."

 

(Chopin à sa famille à Varsovie, Prague le 22 août 1829)

 

 

Hanka l’emmena visiter la ville avec ses amis. Ils marchèrent par les rues étroites de la Vieille Ville, passèrent le Klementinum -alors Conservatoire de Musique, et le pont Charles sur la rivièreVltava pour escalader les rues escarpées et les marches de pierre du Château Hill jusqu'à ce qu'ils atteignent la Cathédrale St Vitus où fut donné, presque 40 ans plus tôt, le Requiem de Rosetti à la mort de Mozart.

 

 

 Prague le Pont Charles

 

Le Pont Charles, connu du temps de Chopin sous le nom de Pont de Pierre, ou Pont de Prague. Ce n'est qu'en 1871 qu'il devint le Pont Charles

  

  

 

Prague Conservatoire Klementinum

 

Le Klementinum (ancien Conservatoire de Musique du temps de Chopin)

 

 

  

"Würfel avait remis à son élève une série de lettres de recommandation pour ses collègues praguois qui, espérait-il, lui organiseraient un concert, et particulièrement Jean-Népomucène Stepanek, administrateur du théâtre royal [...]. Chopin ne remit pas la lettre à son destinataire : il redoutait de se faire éreinter par les critiques praguois, comme quelques mois plus tôt, le grand Paganini, traité de cabotin de l'archet. Il tenait à rapporter intacts à Varsovie les lauriers cueillis à Vienne. L'esprit plus libre, il entra néanmoins en relations avec quelques personnalités du milieu musical, tel Friedrich-Wilhelm Pixis (1786-1842) , professeur de violon au Conservatoire, qui l'accueillit chaleureusement et lui fit visiter le Conservatoire. Il rencontra chez lui par hasard le pianiste August-Alexander Klengel (1783-1852) de passage à Prague."

  

(MP.Rambeau, Chopin l'Enchanteur Autoritaire -L'Harmattan)

 

 

 "Chez Pixis, Klengel exécuta de ses fugues pendant deux heures. Quant à moi, je ne me suis pas mis au piano parce qu'on ne me l'a pas demandé. Klengel joue bien mais j'aurais désiré que ce fut mieux (silence !) [...]  Klengel se montra affectueux à mon égard. Avant de quitter la ville, j'ai passé deux heures environ chez lui".



(Chopin à sa famille à Varsovie, Dresde le 26 août 1829)

 

Estates Theatre Prague

 

Le Théâtre National (aujourd'hui connu comme le Estates Théâtre), où fut donnée la Première du Don Giovanni de Mozart en 1787

 

 

"Dès leur arrivée, les voyageurs étaient allés rendre visite à l'éminent philologue tchèque Vaclav Hanka (1791-1861), bibliothécaire du Musée Patriotique de Bohême, auquel une lettre de Hube les avait recommandés. Hanka était un ami de Fryderyk Skarbek et parlait polonais. [...] Au moment de se quitter, le 23 août, Hanka demanda à ses visiteurs de s'inscrire sur son livre d'or personnel. "

 

(MP.Rambeau, Chopin l'Enchanteur Autoritaire -L'Harmattan)  

 



"Nous avons visité Prague en un éclair, mais non sans profit. Hanka a été très heureux d'apprendre par moi des nouvelles de Monsieur Skarbek. Il nous a demandé d'écrire dans le livre réservé aux visiteurs du Musée de Prague. [...] Que peut faire en pareil cas un musicien ? Heureusement Maciejowski avait eu l'idée de noter dans l'album quatre strophes pour une mazurka. J'ai mis la musique et je me suis inscrit de la sorte à côté de mon poète de la façon la plus personnelle qui soit. Hanka s'est réjoui de cette mazurka composée spécialement pour lui et dédiée à ses mérites dans l'action et la lutte pour le slavisme. Il m'a remis pour Monsieur Skarbek, une collection complète de vues de Prague.

Je ne vous parlerai pas en détail des curiosités qu'il nous montra. La place me manque pour vous décrire la magnifique cathédrâle, le Saint Jean Népomucène en argent, la belle chapelle Venceslas inscrustée d'améthystes et d'autres pierres précieuses..."



Chopin à sa famille à Varsovie,  Dresde le 26 août 1829

   

Mazurka-en-sol.jpg

  

 

"L'autographe a été conservé: douze mesures d'une Mazurka en sol majeur sur un texte célébrant les liens légendaires entre les deux frères Lech, ancêtre des Polonais, et Cech, ancêtre des Tchèques, véritable petit manifeste pour une culture militante." (MP. Rambeau, Chopin l'Enchanteur autoritaire - L'Harmattan)

 

 

 

Photos  Source : L'Europe de Chopin, par Komarnicki et Zaluski - Chopin 2010



  

  

Pour le remercier de son chaleureux accueil, ils lui présentèrent une composition connue sous le nom de Mazurka de Prague en sol majeur, et l’écrivirent dans l’album de Hanka. Ignacy Maciejewski écrivit quatre strophes de poésie sur lesquelles Chopin composa la musique. Le manuscrit original, légèrement abîmé, peut être vu à la Bibliothèque du Musée National de Prague.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bernadette 27/04/2013 23:46


Merci Carmen! Il faut que je relise la corespondance de Chopin...

Carmen Desor 29/04/2013 00:22


On ne la lit jamais assez! c'est une bible, qui doit toujours nous accompagner...


Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher