Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 22:52

 

Après les textes bouleversants Au fond du vieux refuge et Le vieux chien et l'enfant, en ce jour de Noël, quelques autres beaux textes de mon ami Gilbert DUMAS...   

 

   

Le BÂTARD et le CLOCHARD.

 

Je suis un beau « bâtard » qui fête ses deux ans,

Et je vis dans la rue depuis pas mal de temps.

Je n’ai pas choisi, tout petit il m’a pris à ma mère,

Et depuis, je suis là, le compagnon de sa misère.

 

Tous les jours, tous les deux, on fait la manche,

Du matin du lundi, jusqu’au soir du Dimanche.

C’est pour quelques Euros, car il faut bien manger,

Un peu pour lui, beaucoup pour moi, faut l’avouer.

 

Toujours poli, toujours gentil, au coin de ce trottoir,

Nous venons tard le matin, et repartons tôt le soir.

Elle est longue l’attente, aux pieds de tous ces gens,

Qui jettent un dur regard, à ces gueux, ces mendiants.

 

Il me tient dans ses bras, tendrement il me caresse,              

Baissant les yeux, honteux, devant tant de détresse,

Condamnés que nous sommes à vivre de la quête,                    

Nous savons que pour nous ce n’est jamais la fête.

 

Nous sommes heureux pourtant, nous nous aimons,

D’un Amour sain, d’un Amour pur, de la passion.

Nous ne possédons rien, et ne sommes pas jaloux

De voir ce qui se passe, ici,  partout autour de nous.

 

Il est un homme, je suis un chien, drôle de couple,

Mais nous partageons tout, et la vie est plus souple,

Que pour ceux qui pensent au succès, et à la réussite,

Prêts à se battre ou se haïr…   pour réussir plus vite.

 

Alors, gens de bonnes manières, responsables civils,

Qui faites les beaux jours des villages et des villes,

N’enlevez jamais à cet homme, nommé « Le Clochard »,

Ce vilain chien, son  seul Ami, bien qu’il fût un «bâtard».

 

   take-care-of-your-dog.jpg

  

 

CHAT, TU ES MON AMI…

 

 

Chat, tu es mon ami, mon confident muet,

Tu es la poésie, tu es l’art d’être aimé.

Tu as l’œil perçant au fond duquel scintille,

Le désir envoûtant d’une étoile qui brille.

 

Cet œil est une Agathe version multicolore,

Il demande l’Amour, l’attend ou bien l’implore,

Tout ton corps se prépare, offert à la caresse,

Aussi tendu de joie qu’une jeune maîtresse.

 

A peine que ma main ne vienne t’effleurer,

Que tu danses déjà, ne sachant où passer.

Tout ton être me frôle, électrique, impatient,

Recherchant le plaisir traduit en ronronnant.

 

Il suffit que je  te touche et le miracle opère

Tu deviens un enfant, dans les bras du père.

Je te prends contre moi, monte sur mon épaule,

Ta douceur me convient, c’est parti, je te cajole.

 

Tes griffes sont rentrées, tes pattes sont douces,

Tu rebondis sur moi, comme balle de mousse

J’arrêterais le temps, sublime instant de paix,

Pour te garder, contre mon cœur, toute l’éternité.                               

 

 

 

    Gilbert DUMAS

                   Résidence « La Margotine  ~  Quartier Brûlats

                   26800 – PORTES – LES – VALENCE

                   Gilbert.dumas2607@orange.fr

 

 

Désolée Gilbert, je n'ai pu réussir à copier les photos qui étaient reprises sur vos documents, ceux ci étant en fichier word... Pourriez vous me les retransmettre sous forme de fichier JPG ?

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Animaux
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 12:39

 

 

De la Note à la plume et les Editions Chopena vous souhaitent

un très joyeux Noël !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Divers
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 21:25

 

Suite de la lamentable histoire d'une funeste destruction ...

 (avec tous mes remerciements à Gérard Lescaux pour m'avoir indiqué cet article. CD)

 

 

 Vosges Matin

 

 

29.04.12 à 05h00

Marainville-sur-Madon « Feu la maison des Chopin »

 

 

M. Marcel Cordier, membre de l’Académie Stanislas à Nancy nous écrit le 24 avril 2012, pour revenir sur ce témoignage du passé, peu ou pas connu, la maison du père de Frédéric Chopin à Marainville-sur-Madon.

 

« Depuis 1927 on sait que le père de Frédéric Chopin est né à Marainville-sur-Madon (en 1771), en aval de Mirecourt, et non pas à Nancy (la carte postale ci-contre figure l’état de délabrement de ladite maison et en vignette le portrait de Frédéric Chopin).

 

Il a quitté son village lorrain à 17 ans et n’y est jamais revenu. Son unique fils, Frédéric (1810-1849) est parti de Pologne à vingt ans et n’y est jamais revenu.

 

Fin 1979, de passage à Marainville, je m’inquiète du sort éventuel de l’ancienne ferme Chopin, bien délabrée. Elle porte sur la façade une pierre épaisse, apposée en 1949 pour le centenaire de la mort du génial compositeur franco-polonais : “Ici est né Nicolas Chopin… “. J’obtiens l’adresse du propriétaire qui habite en Bretagne, “la Lorraine de l’Ouest “, disait Emile Moselly. Il est vendeur pour la somme de 22 000 francs. J’estime que ce sont les pouvoirs publics qui doivent se porter acquéreurs;

 

 Après la venue à Sion du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing le 19 mai 1980, Pierre Gaxotte — le Meusien de l’Académie française, notre grande sœur — publie un article dans le Figaro : “La Maison Chopin “. Le 27 octobre 1980, l’association nationale des Amis de Frédéric Chopin voit le jour officiellement, présidée par M. Dominique Pocreau, actuel chef des services à la mairie de Toul. Début décembre, devant l’inertie de l’administration, je suis disposé à acheter moi-même la demi-ruine. Claude Coulsis, Lionel Stoléru, Philippe Séguin, Georges Cziffra, le ministère de la Culture polonais soutiennent notre action et nos projets, ainsi que la presse régionale, sauf un conseiller général des Vosges… Début décembre, je suis acquéreur. On me dit que la maison a été vendue le 3 novembre précédent, après différentes pressions sur le vendeur. 1981 : Bernard Gavoty, membre de l’Institut, dans le Figaro Magazine du 21 février publie un vibrant appel : la maison Chopin doit être restaurée : la maison Chopin doit être restaurée pour devenir “un oratoire d’art “, suivant l’expression de Maurice Barrès à propos de la proche maison, natale de Claude Gellée, dit le Lorrain, soixante ans plus tôt. Mai 1981 verra l’arrivée de Jack Lang, natif de Mirecourt, au ministère de la Culture. Un espoir est né, d’autant plus que le maire de la commune n’a pas encore signé le permis de démolir. Espoirs et combat qui dureront encore un an, sans le moindre soutien des autochtones ou des gens originaires du village. Mai 1982 : la maison est rasée sous nos yeux, le propriétaire récupère la pierre gravée de Zélazova-Wola. Je le menace d’une grève de la faim devant les décombres… La pierre a été remise à la mairie avant d’être scellée dans le mur… du cimetière : “Ici est né Nicolas Chopin “. Insolite, non ? […]»

 

 

 

Marcel CORDIER

 

 

    

 

Repost 0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 21:08

 

 

"La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour.

Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent".

 

 

Pablo Casals

(violoncelliste, chef d'orchestre et compositeur espagnol, 1876-1973)

 

Pablo-casals.jpg

 

Repost 0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 22:29

 

 DSC05330

 

 

(Cet article peut vous être envoyé sur demande à l'adresse suivante : carmen.desor@wanadoo.fr)

 

 

 Hélas, le hangar a bien remplacé la maison...

 

 

Maison-de-Marainville.jpg

 

La maison CHOPIN avant sa destruction opérée le14 mai 1982

 

La porte avait été modifiée, les fenêtres du rez-de-chaussée supprimées.

Les deux petites fenêtres du grenier du XVIIIè siècle dominaient la pierre de Zelazowa-Wola posée le 26 octobre 1949 (qui se trouve désormais de l'autre côté de la rue, à l'entrée du cimetière et de l'église)

 

 

 DSC05262-copie-1.JPG

 

 

Pourtant, selon la thèse de Gabriel Ladaique, la maison détruite n'était pas la maison natale de Nicolas Chopin, mais la maison qu'il occupa avec sa famille dès l'âge de 10 ans :

 

" En 1775, Marguerite Chopin, la cadette, vint au monde. Les CHOPIN rêvaient d'une demeure dont ils seraient les propriétaires. L'occasion se présenta le 11 décembre 1779 : ils achetaient la moitié de la maison circonvoisine mais ils ne l'occupèrent que le 9 février 1781. Nicolas avait 10 ans et il se souvenait bien de ce grand événement. Les enfants n'étaient donc pas nés dans la maison CHOPIN [celle qui a été détruite et remplacée par un hangar], ils étaient nés dans la maison HENRY [à droite sur la photo ci-dessus]. "

 

 

 DSC05255.JPG

 

 Le hangar, qui remplaça la maison ayant appartenu aux Chopin

 

 

DSC05256.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison Henry,  logement préalable des époux Chopin, véritable maison natale de Nicolas Chopin et de ses soeurs, et qui est toujours visible à Marainville...

 

 

 

 

Source : "Chopin: sa filiation française" de Gabriel Ladaique

 

Photos par Carmen Desor 

 

 

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 22:23

 

Dans le splendide cadre de l'Hôtel de Ville de Douai dont le beffroi est l'un des plus beaux de France (voir dans les commentaires, celui de Gérard), s'est déroulé les 24 et 25 novembre 2012 le 14ème salon du livre ancien et moderne.

 

 

DSC06157.JPG

 

 DSC06159.jpg

 

 

DSC06167.JPG

 

DSC06165.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06171.JPG

 

 DSC06183.jpg

 

 

Un grand merci à Madame Irène Leclercq-Garcia ainsi qu'à toute l'équipe organisatrice pour leur excellent accueil.

 

Un grand merci également à Monsieur Jean Vilbas, conservateur chargé des collections patrimoniales, Bibliothèque Marceline Desbordes-Valmore, qui s'efforce de rassembler les ouvrages écrits, imprimés et édités dans le Douaisis ou évoquant ce territoire. Cette remarquable initiative est à souligner et à applaudir très chaleureusement.

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Salons du Livre
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 20:12

 

Un grand merci à Mme Valérie DEMOL, responsable de la bibliothèque de Loos, ainsi qu'au Service Culture et Communication de la Ville de Loos, pour leur excellent accueil et la grande réussite de cette édition 2012 du Salon du Livre qui s'est tenue ce 24 novembre et a connu une grande affluence.

 

DSC06129.JPG

 

 De grandes têtes d'affiche, dont ....

 

Franck Thilliez

 

DSC06155.JPG

 

... ou Pierre Bellemare, dont les Dossiers Extraordinaires diffusés sur Europe 1 dans les années '70 ont laissé dans ma mémoire une marque indélébile, et continuent à passionner les lecteurs !

 

DSC06151.JPG

 

Ce fut un honneur pour moi de le côtoyer...

 

DSC06152.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi les autres invités de marque : Bernard Thévenet, Patrice Dard, Clelia Ventura...

 

 

DSC06127.JPG

 

Jean-Paul Thorez et Gérard Lescaux, entièrement dévoués à leur magnifique action en faveur des malades d'Alzheimer et autres maladies : Fleur d'espoir (www.fleurdespoir.org). Bravo Jean-Paul ! bravo Gérard !

 

Contact : association@fleurdespoir.org

 

DSC06138.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

DSC06133.jpg

 

Mon sympathique et talentueux voisin de table : David Despinoy (http://bullesdevers.free.fr/)

 

 

 DSC06121.jpg

 

Ce n'est pas un auteur, mais une ancienne connaissance que j'ai eu grand plaisir à retrouver (elle, et ses éternels chapeaux... !)

 

DSC06149.JPG

 

Enfin, l'éditeur Christian Navarro, qui n'a pas échappé à l'appel de Pierre Bellemare ...

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

  

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Salons du Livre
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 23:39

 

Un grand merci à la Ville de Lumbres et à Mme Monique Magnier pour leur accueil lors de ce salon du livre le 18 novembre 2012

 

 

DSC06064.jpg

 

Le magnifique clocher....

 

 

DSC06108.jpg

 

Mme Magnier, l'organisatrice, et son chien Chipie

 

 

DSC06074.jpg

 

 André Martel et son dernier roman policier

 

DSC06104.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            Didier Hermand et son dernier roman

 

 

DSC06076.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anne Vanrenterghem

 

 

DSC06080.JPG

 

Muriel Verstichel et Marie Desmaretz

 

 

Copie-de-DSC06088.jpg

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Salons du Livre
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 22:39

 

Selon Chopin, l'égalité des gammes et des arpèges ne dépendait pas tant de l'affermissement le plus égal possible des doigts (à obtenir par des exercices pour les cinq doigts) et de la parfaite liberté du pouce lors de son passage que d'un mouvement latéral de la main  -le coude complètement abandonné et tombant toujours librement-  mouvement qui ne progressait pas par à-coups mais de manière continue, égale et coulante ; Chopin cherchait à le rendre sensible au moyen d'un glissando parcourant le clavier." (Mikuli)

 

V. Gille * note de son côté : "Il voulait par instants, tant il aimait le jeu lié, que dans une gamme la main s'inclinât du côté du petit doigt pour monter et du côté du pouce pour descendre ; il se plaisait à faire un glissando avec l'ongle de son troisième doigt, pour donner au poignet et à la main l'inclinaison souhaitée". Cette participation de la main par un imperceptible mouvement latéral dans le sens du trait était une des conditions de l'égalité du jeu de Chopin, tant admirée par les contemporains.

 

 

 

* Victor Gille (1884-1964) était un pianiste -élève de Diemer au Conservatoire de Paris- célèbre par... ses extravagances et certaines séances semi-spiritistes, dans lesquelles il jouait Chopin et Liszt de préférence. Dictés sur le tard, ses Souvenirs romantiques renferment, à côté de pages plutôt fantasques, d'intéressantes notations relatives à l'enseignement de Chopin. Au tournant de ce siècle Victor Gille a grandi dans les cercles de plusieurs anciens élèves de Chopin (Mme Dubois, Laure Duperré, baronne d'Ivry, Mathias, Mme Roubaud, Mme Veyret...)

 

 

 

Source : Chopin vu par ses élèves, JJ. Eigeldinger

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Chopin : le musicien
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 21:20

 

Mater dolorosa

 

Jean-Baptiste Carpeaux

 

*

 

Exposition permanente au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes

 

 

 

DSC00146.jpg

 

 

DSC00148.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC00147.jpg

 

 

 

 

Photos par Carmen Desor

  

 

 

Repost 0

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher