Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 20:11

Dans cette rubrique "Sur les pas de Chopin à Varsovie", je me propose de vous emmener, étape par étape, sur les itinéraires tracés par Jerzy Majewski dans son excellent guide du même nom et de reprendre l'essentiel de ses commentaires.

DSC02514

 

Itinéraire I - Etape 16 : Okolnik 9 

 

 BILD0196.JPG

 

 

BILD0198.JPG

 

 

Ce bâtiment déserté, avec une belle façade néo-classique de 1912,  abritait la Bibliothèque Krasinski avant la guerre.  En 1944, les bibliothécaires de la ville y déposèrent dans les caves des collections inestimables en provenance de tout Varsovie. Le 18 octobre 1944, suite à l'échec de l'Insurrection, le bâtiment fut incendié par un commando SS.

 

 

 

BILD0199.JPG

 

 

 BILD0197.JPG

 

 

Les collections du 18ème siècle de la Bibliothèque Zaluski, les collections du Roi Stanislas Auguste, de nombreuses archives et 2 245 incunables furent détruits, ainsi que 7 000 volumes de manuscrits et 715 documents déposés là par l'Institut Fryderyk Chopin.

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 22:40

 

 

"Je ne vois qu'un moyen de savoir jusqu'où l'on peut aller. C'est de se mettre en route et de marcher."

 

Bergson

 

 

"Ne crois pas que tu t'es trompé de route, lorsque tu n'es pas allé assez loin."

 

Aveline

 

 

"S'il faut agir, prodigue-toi ; s'il faut parler, ménage-toi."

 

J.Joubert

 

 

"Fais que chaque heure de ta vie soit belle. Le moindre geste est un souvenir futur."

 

Aveline

Repost 0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 22:05

 

 

Si vous désirez vous lancer sur les traces de Nicolas Chopin (père de Frédéric), de sa famille (parents et soeurs) et de ses ancêtres, rendez vous en Lorraine et suivez le circuit ci-dessous. Ce circuit et les informations qu'il comprend sont donnés par le Centre de Recherche Culturel Chopin.

 

 

Les Villages « CHOPIN » - (environ 50 km)

Au départ de Savigny (à 6 km de Charmes) :

   

 

HERGUGNEY - 1824 : Martin BASTIEN (CHOPIN) épouse Anne GRIJOLOT et s’établit à Hergugney

 

TANTIMONT - Eglise du XIIIème – Gymnasium Tantimontanum – Paroisse des CHOPIN de Bralleville et des BASTIEN de Hergugney – Nicolas CHOPIN y a fait des études secondaires

 

BRALLEVILLE - Dominique CHOPIN, grand oncle de Frédéric, s’établit définitivement à Bralleville en 1768

 

XIROCOURT - 1682 : naissance de catherine OUDOT. Elle épouse le 20 janvier 1705 à Romont François CHAPIN. Les CHAPIN deviennent CHOPIN. 4 fils : Claude, François II, Dominique, Nicolas. Des descendants CHOPIN habitent encore aujourd’hui à Xirocourt.

 

MARAINVILLE - 1771 : naissance de Nicolas CHOPIN, fils de François, petit-fils de Nicolas, père de Frédéric. Ses sœurs sont Anne (née en 1769) et Marguerite (née en 1775).
Histoire des Seigneurs et site des châteaux.

 

MAXEVOID - vestiges d’une prison dépendant du Château de Marainville. Nicolas CHOPIN y venait, dit-on, pêcher la truite.

 

AMBACOURT - 1738 : Nicolas CHOPIN épouse Elisabeth BASTIEN. Naissance de François CHOPIN, grand-père de Frédéric (1741), naissance de Dominique (1749), naissance de Thérèse CHOPIN.

 

VOMECOURT - Eglise romane du XIIème siècle – Temple – Parents de Saint-Pierre Fourier. Nicolas y passait lorsqu’il se rendait de Marainville à Viéville chez sa marraine Thérèse.

 

VIEVILLE - Thérèse CHOPIN épouse en 1778 Claude LHUMBERT de Viéville. Elle y demeure de 1784 à 1790. Elle y héberge, de 1785 à 1787 l’intendante du Château de Marainville avant le départ vers la Pologne.

 

 

 

Maison-de-Marainville.jpg

 

 

C'est ici que naquit et vécut Nicolas Chopin jusqu'à son départ pour la Pologne. Hélas, cette maison n'est plus visible, ayant été détruite en 1984.

 

  

 

Source : Centre de Recherche Culturel Chopin  (http://cghpc.chez.com/chopin/index.htm)

Centre de recherche culturel Chopin

Mr Sylvain Blaise
27 rue Claude Barrès

88130 Charmes

Tél. : 03.29.38.88.55

cghpc@wanadoo.fr

http://www.genealogiecharmes.org/actualites_chopin.php
contact@genealogiecharmes.org

 

 

Repost 0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 20:43

 

  Salle-du-Conservatoire-gravure-d-epoque.jpg

 

  

Dans ce haut lieu de la vie musicale, en un temps où se donnaient à Paris plus de trente concerts quotidiens, Chopin participe, le 20 mai 1832, à une soirée de bienfaisance donnée par le Prince de la Moskowa. Il exécute le premier mouvement de son Concerto en mi mineur, et cette deuxième prestation parisienne contribue à asseoir sa célébrité. Il y reviendra très souvent, notamment le 9 décembre de la même année, pour la "Symphonie fantastique" de Berlioz, le 15 décembre 1833 pour exécuter, à trois pianos, l'Allegro du Concerto en ré mineur de Bach en compagnie de Liszt et de Hiller, participer à des concerts donnés par Berlioz ou Alkan, ou assister à la générale du Requiem de Mozart qu'on allait exécuter aux Invalides pour le retour des cendres de Napoléon 1er.

 

Source : Raphaël de Cubernatis, Le Nouvel Observateur

 

   

 

 

Salle-du-Conservatoire-entree-principale-rue-du-Fg-Poisson.jpg

 

 Entrée principale rue du Faubourg Poissonnière, gravure de 1848

 

 

 

 

La salle du Conservatoire est une ancienne salle de concerts symphoniques située aujourd'hui au sein des locaux du Conservatoire national d'art dramatique, rue du Conservatoire, dans le 9ème arrondissement de Paris.

Elle est inaugurée le 7 juillet 1811 et devient, en 1828, la salle de la Société des concerts du Conservatoire dirigée par François-Antoine Habeneck grâce auquel le public parisien découvre les oeuvres de Beethoven. Son acoustique inégalée la fait considérer à l'époque comme le "Stradivarius des salles de concerts".  Elle connaît dès lors, avec notamment la création des oeuvres d'Hector Berlioz (la Symphonie Fantastique en 1830, Lélio ou le Retour à la vie en 1832, Harold en Italie en 1834, Roméo et Juliette en 1839), une carrière intense jusqu'en 1938 (année de l'installation de la Société des Concerts au Palais de Chaillot) puis de plus en plus épisodique.

Sa restauration en 1985 pour des raisons de sécurité et en vue de son utilisation par les ateliers d'élèves du CNSAD la rend désormais impropre à l'organisation de grands concerts symphoniques tels que ceux créés par le passé dans cette salle prestigieuse.

 

 

Salle-du-Conservatoire.jpg

 

 

 

Conservatoire-du-9eme-01.jpg

 

 

 

Conservatoire-du-9eme-04.jpg

 

 

  

 

Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 21:52

 

Copie-de-DSC04081.jpg

 

 

 

Rafal Blechacz, encore auréolé de son 1er Prix au Concours Chopin en 2005, ne cesse d’impressionner par sa maturité, sa profondeur, son jeu ample, d’une justesse de ton, d’une beauté sonore et d’une clarté qui sont déjà ceux d’un maître. Sa sagesse l’empêche de bruler les étapes, il se confronte pour l’instant aux œuvres de jeunesse, si l’on peut dire, de Beethoven et Debussy. Nulle esbroufe dans les interprétations du jeune pianiste polonais, mais une rigueur qui se marie à une virtuosité jamais ostentatoire. Cette hauteur de vue où rien n’est laissé au hasard, chaque note et chaque accent semblant avoir été mûrement réfléchis, cette sophistication alliée à beaucoup de vie relève du tour de force. Blechacz en concert, c’est la certitude d’une brillante démonstration, tant instrumentale que musicale.

(site de la Salle Pleyel)

 

 

 

Copie-de-DSC04062.jpg



 DSC04061.JPG

 

 

 

 

 

Copie-de-DSC04054.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copie-de-DSC04074.JPG

 

 Copie-de-DSC04066.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 PROGRAMME

  

  • Johann Sebastian Bach
  • Partita n°3
  • Ludwig van Beethoven
  • Sonate n°7 op.10 n°3
  • Claude Debussy
  • Suite bergamasque
  • Frédéric Chopin
  • Sonate op.58 n°3

  

DSC04086.JPG

 

  Copie-de-DSC04104.JPG

 

 

Thank you so much, Rafal, for your great performance and my moving encounter with you

 

 

Copie-de-DSC04096.JPG

 

 Copie-de-DSC04098.JPG

 

 

Copie-de-DSC04105.JPG

 

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Rafal Blechacz
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 20:16

Dans cette rubrique "Sur les pas de Chopin à Varsovie", je me propose de vous emmener, étape par étape, sur les itinéraires tracés par Jerzy Majewski dans son excellent guide du même nom et de reprendre l'essentiel de ses commentaires.

DSC02514

 

Itinéraire I - Etape 15 : Nowy Swiat 49 (ex.1254)

 

 

BILD0193.JPG

 

 

Cet immeuble classique soigneusement restauré était le domicile du professeur de l'Université de Varsovie Feliks Jan Bentkowski (1781-1852). Il fut construit en 1820-1822.

 

Bentkowski était un éminent historien, philologue et expert littéraire. En tant que professeur et bibliothécaire au Lycée de Varsovie, et plus tard, en tant que doyen de la Faculté des Sciences et des Beaux Arts, il était très proche de Mikolaj Chopin. Il enseigna également à Fryderyk et, plus tard, correspondit avec la soeur de celui-ci, Ludwika Jedrzejewicz.

 

 

BILD0191.JPG

 

 

"Je vais chez Elsner pour des leçons de contrepoint, 6 heures par semaine, et j'écoute Brodzinski, Bentkowski et d'autres", écrit Fryderyk dans une lettre à Jan Bialoblocki en novembre 1826.

 

Bentkowski mourut en 1852 pendant une épidémie de choléra qui décima la population de Varsovie, la même épidémie qui emporta le médecin de famille des Chopin, le Dr. Malcz.

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 11:37

 

Place-et-palais-de-Saxe-Photo-ancienne.jpg

Place et Palais de Saxe, par Karol Beyer

 

 

Au début du 18ème siècle, Auguste II acheta plusieurs manoirs appartenant aux familles Lubomirski, Sapieha et Morsztyn, les fit reconstruire et les joignit ensemble, donnant naissance au splendide édifice connu sous le nom de Palais de Saxe. Après 1797, le bâtiment devint propriété de l'Etat.

Durant les travaux de reconstruction exécutés dans la première moitié du 19ème siècle, une grande colonnade fut ajoutée en partie médiane.

 

 

En septembre 1810, la famille Chopin déménagea pour de bon à Varsovie. Samuel Bogumil Linde offrait au père de Fryderyk le poste de professeur de français au Lycée de Varsovie. Les Chopin habitèrent un appartement du second étage de l'aile droite du Palais de Saxe (ulica Krakowskie Przedmiescie, n° 413). Ce bâtiment abritait le Lycée et les appartements des professeurs.

En 1817, le Grand Duc Constantin s'appropria le palais à des fins militaires, entraînant le déménagement de l'école au Palais Casimir.

      

 

Palais-de-Saxe-vue-aerienne-copie-5.jpg

 

Vue ancienne, au premier plan : le Palais de Saxe

 

"Lorsqu'en septembre 1810, les Chopin emménagèrent dans une aile du Palais Saxon qui accueillait le lycée, Varsovie était la capitale du Grand-Duché de Varsovie, artificiellement créé par Napoléon avec les territoires repris à la Prusse puis à l'Autriche après Tilsit. Jamais l'histoire de la France et celle de la Pologne n'avaient été plus étroitement liées, chacune y trouvant son compte. En s'engageant dans l'armée française, les patriotes polonais, qui payèrent généreusement de leurs vies, espéraient reconquérir leur indépendance territoriale que les insurrections précédentes n'avaient pu obtenir. Napoléon quant à lui, avait compris l'utilité stratégique de la Pologne qui constituait un avant-poste dans cet Empire russe qu'il convoitait. L'influence politique, idéologique et culturelle de la France favorisa une période de renouveau dont, pendant plus de vingt ans, Varsovie serait la première bénéficiaire. Profondèment marqués par l'esprit des Lumières, les hommes politiques et les savants polonais s'efforcèrent de promouvoir des idéaux de progrès économiques et de réformes libérales, déjà engagés sous les rois saxons : l'introduction du Code Napoléon et l'abolition du servage manifestèrent clairement cette volonté d'ouverture et de modernisation. La francophilie ambiante concurrença un moment les traditions polonaises ancestrales, tant était puissant l'ascendant des idées novatrices venues de France. [...]

 

Pendant quinze ans, de 1815 à 1830, le Royaume du Congrès connut une période de prospérité économique et culturelle avec le rétablissement de la paix. La sympathie du tsar Alexandre 1er pour les Polonais entretint l'illusion d'une quasi-autonomie qui fut favorable à l'essor des initiatives. De grands travaux d'urbanisme furent entrepris dans la capitale qui, en 1816, fut dotée d'une Université, d'une Ecole Polytechnique et d'une Ecole des Mines. La langue officielle, et c'était un privilège par rapport aux autres régions annexées, était le polonais. Cette conjoncture facilita la promotion de Nicolas Chopin. Du statut de lecteur, il passa à celui de professeur titulaire d'une chaire d'enseignement de langue et littérature françaises. Les appointements, modestes, étaient complétés par un logement de fonction, suffisamment vaste pour que le couple songeât à y ouvrir un pensionnat pour les lycéens dont les parents ne résidaient pas à Varsovie. Les fonctions de Nicolas et l'ouverture de ce pensionnat eurent une influence déterminante sur l'éduction de Frédéric et sur la formation de ses goûts. Situés dans le quartier neuf de Varsovie, où les palais baroques et néo-classiques alternaient avec les églises et les jardins, les trois appartements qu'habitèrent les Chopin, dans le Palais de Saxe, de 1810 à 1816, le Palais Casimir, de 1816 à 1827, puis le Palais Krasinski, jusqu'à 1834, offraient un cadre de vie à la fois imposant et élégant qui explique le goût que le compositeur gardera toute sa vie pour les belles demeures."

 

Extrait de "Chopin, l'enchanteur autoritaire" par M.P. Rambeau, Ed. L'Harmattan

 

 

 

Les restes du Palais de Saxe aujourd'hui ...

 

603-Varsovie-Palais-de-Saxe-02.jpg

 

 604-Varsovie-Palais-de-Saxe-03.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 608-Varsovie-Palais-de-Saxe-10-copie-1.jpg

 

  

L'arcade sur la Place Pilsudskiego entourant la tombe du Soldat Inconnu est la seule partie du Palais de Saxe ayant échappé à la destruction de la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Palais-de-Saxe.jpg

 

 

La Tombe du Soldat Inconnu (Grob Nieznanego Zolnierza) est en place depuis 1925. Initialement, elle était consacrée à la mémoire des Polonais qui avaient péri au combat entre 1914 et 1920. Aujourd'hui, dix-huit plaques commémorent les champs de bataille et le martyre des Polonais, de la bataille de Cedynia à la Deuxième Guerre Mondiale.

 

 

 

605-Varsovie-Palais-de-Saxe-04.jpg 

 

 606-Varsovie-Palais-de-Saxe-05.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos par Carmen Desor

                                                                              

                                                                               

 

 Karl-Beyer-1.jpg

 

Beyer (1818-1877) fut le précurseur de la photographie de presse professionnelle en Pologne et le meilleur photographe du Royaume de Pologne dans la fin des années 1850 - début 1860. Il fut le premier écrivain et journaliste à insérer des photos aux articles qu'il écrivait pour la Presse. Ses photographies renseignent sur la vie dans la capitale du Royaume de Pologne qui fut établi en 1815 par le Congrès de Vienne et entièrement subordonné à l'empire russe.

 

  

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Chopin : domiciles
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 20:09

 

Dans cette rubrique "Sur les pas de Chopin à Varsovie", je me propose de vous emmener, étape par étape, sur les itinéraires tracés par Jerzy Majewski dans son excellent guide du même nom et de reprendre l'essentiel de ses commentaires.

DSC02514

 

Itinéraire I - Etape 14 : Nowy Swiat 47 (ex.1255)

 

Les plus vieux habitants de Varsovie associent le bâtiment du 47 Nowy Swiat principalement à la librairie russe qui existait là durant la République Populaire de Pologne.

 

 

BILD0179.jpg

 

 

Deux plaques attirent l'attention : l'une à la mémoire de Jozef Korzeniowski (Joseph Conrad), qui vécut dans cette maison enfant, en 1861, et l'autre à la mémoire de Karol Szymanowski, le grand compositeur polonais du 20ème siècle.

 

 

BILD0182.JPG

 

 

BILD0183.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, peu de gens savent que, dans les années 1840 et 1850, le bâtiment appartenait à la soeur cadette de Frédéric Chopin, Izabella et à son mari, Antoni Barcinski. C'est ici que le père du compositeur, Nicolas Chopin, mourut le 3 mai 1844.

 

 

BILD0187.jpg

 

 

Derrière la maison, Nicolas cultivait des vignes. Izabella le mentionne dans une lettre à Frédéric en 1842 : "Papa a finalement goûté aux plaisirs de cultiver la vigne et à celui de voir ses filles et ses petits-enfants savourer le fruit de son travail".

 

Dans ce temps-là, la maison avait un aspect différent. Elle était d'un style classique, à deux étages. Mais à la fin du 19ème siècle, elle fit place à un bâtiment de quatre étages qui abritait, entre autres, les bureaux du Wedrowiec.

Après la guerre, le bâtiment fut abaissé de quelques étages et privé de ses décorations néo-baroques.

 

En 1924-1929, Karol Szymanowski (1882-1937) vécut dans l'annexe. Certains chercheurs prétendent que le phénomène de la musique de Chopin peut être ressenti dans les dernières oeuvres de Szymanowski mieux que dans les oeuvres d'aucun autre compositeur. Cependant, il fallut du temps à Szymanowski pour comprendre Chopin que, d'abord, il ignora. Mais à la fin, il développa une fascination profonde pour lui.

Ecrivant dans le Skamader en 1923, Szymanowski attira l'attention sur la valeur de la créativité de Chopin "sans l'envelopper d'une aura sentimentale dépourvue de discernement".

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

 

 

 

Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 20:50

 

L’inauguration officielle de Keukenhof 2012 est confiée à Madame Anna Komorowska, épouse du président polonais.

 

 

L’inauguration officielle de Keukenhof 2012 est confiée à Madame Anna Komorowska, épouse du président polonais.

« La Pologne : Cœur de l’Europe » est le thème de l’édition 2012 de Keukenhof, avec le Romantisme de Chopin comme point phare de cette année thématique. La mosaïque de bulbes de fleurs représente un portrait de Chopin, né en Pologne. 

 

Du 22 mars au 20 mai, c’est la Pologne qui tient l’affiche avec « La Pologne – Cœur de l’Europe ».  En 2011, environ 9 000 Polonais ont franchi les portes de Keukenhof.

  

 

Chopin s’épanouit à Keukenhof 

  

 

La vedette de l’exposition sera sans aucun doute la mosaïque de fleurs de Chopin, dont Son Excellence Dr Janusz Stanczyk, ambassadeur de Pologne, a planté en octobre les derniers bulbes. D’un format de 12 mètres sur 20, cette mosaïque a été plantée à l’aide de 50 000 bulbes de fleurs.

 

 

Chopin-Keukenhof.jpg

 

Le portrait en bulbes

 

 

Chopin Keukenhof fleuri

 

Le portrait fleuri, photo par Irena Sosnovsky

 

 

Entre les deux entrées, on a tracé un itinéraire thématique « Cœur  de l’Europe ». Un thème qui renvoie au rôle de la Pologne en Europe Centrale, et au lien unissant l’ouest et l’est du Vieux Continent. Dans le Pavillon Juliana, l’exposition « Etonnante Pologne » montre les nombreux aspects d’une Pologne encore inexplorée. L’exposition sera mise en relief par un décor de sons, de lumières et d’images. Par référence à la science, le Pavillon Willem Alexander s’articule autour des Idées de Copernic.

 

Le jeudi 22 mars 2012, Keukenhof ouvrira ses portes au public pour la 63e fois.

 

 

 

Source : 

http://www.keukenhof.nl/fr/422/official-opening-keukenhof-2012-to-be-performed-by-mrs-anna-komorowska-wife-of-the-polish-president.html

 

.

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Chopin : manifestations
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 16:58

 

En complément  à l'article sur les pianos de Chopin de la Collection Cobbe, l'article suivant nous renseigne sur le sort du piano Pleyel utilisé par le compositeur en Grande-Bretagne lors de son séjour de 1848.  En voici un extrait, avec l'aimable participation de Mme Jolanta Bluszcz Mierzejewska pour la traduction, que je remercie chaleureusement ici.

 

 

 

"Decouverte exceptionnelle

 

 
Le piano de Pleyel, laissé sur l`Ile, est passé à Margaret Trotter, connaissance et élève du compositeur, à qui il l`a cédé pour 80 pounds. Puis, en passant de mains en mains, de résidence en résidence, cet instrument a "perdu" son histoire et ses origines ont été effacées par le temps.
 
Alec Cobbe a acheté le vieux piano poussiéreux en 1988 pendant une vente aux enchères d'un marchand d'antiquités. Il s`est avéré que l`instrument est tombé dans le meilleur endroit possible, bien qu'à l`époque, le nouveau propriétaire n`ait pas encore eu conscience que ce fut un vrai cadeau de la fortune.
 
Jusqu'au jour où le piano attira l`attention d`un ex-professeur en musicologie, Jean -Jacques Eigeldinger de l`Universite de Genève. Ce connaisseur de la vie et de l`oeuvre de Chopin a lu le numero de série de l`instrument qui était en possession  de The Cobbe Collection Trust à Surrey et l`a comparé avec les notes et les archives commerciales de la manufacture Pleyel sauvegardée jusqu'à nos jours.
 
En apprenant cette nouvelle, Alec Cobbe a été frappé de stupeur. Des centaines de pianos de cette marque ont été conservés jusqu'à nos jours mais personne ne pouvait soupçonner lequel de ces pianos avait pu appartenir a Chopin, a-t-il constaté. Le fait que  cet instrument soit tombé dans les mains de Cobbe est un miracle.
 
La fondation Cobbe a pour but de sauvegarder de l`oubli les instruments ayant appartenu aux grands compositeurs, et leur redonner vie pour que les musiciens contemporains puissent les jouer, et les mélomanes écouter de la musique qui se rapproche sous tous les aspects aux sons originaux, créés avec magie par les génies d`autrefois.
 
Qui sait, peut-être Monsieur Chopin immortel veille -t-il toujours sur son piano bien aimé ... ".

 

 

 chopinspleyel 13819

 

 

 

  Source : Ostatni Akord Chopina, Express Polish 

 

 

Repost 0
Published by Carmen Desor - dans Chopin : divers
commenter cet article

Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher