Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 20:34

 

Dans cette séparation de Dresde chargée d'émotion, Chopin a cherché à écarter la tristesse, ou à la surmonter, au profit d'une volonté de sérénité. Il laisse d'ailleurs un feuillet à Marie, avec ces deux seuls mots écrits de sa main, en français : "Soyez heureuse". Pour lui, cette séparation n'est pas dramatique. C'est Maria qui est la première à la dramatiser. Et Frédéric parti, c'est la Valse qu'il a laissée qui va symboliser sa présence.

 

"Il paraît que Frédéric a laissé une valse pour l'Album de Marie. Qu'elle la garde et la conserve comme une relique et qu'elle ne la laisse copier par personne pour que cette valse ne se popularise pas." (Antoine Wodziński)

 

 

Chopin par Maria Wodzinska

 

Portrait de Chopin par Maria Wodzinska. Cette aquarelle date du séjour de Chopin à Marianské Lazné (Marienbad) en août 1936 

 

 

Pendant quelque temps, Antoine Wodziński , chaleureusement recommandé par sa soeur à Frédéric, va servir de trait d'union entre les deux jeunes gens. A travers Antoine, c'est un peu Maria que voit Chopin, de retour à Paris. Antoine et Frédéric vont se voir tous les jours qui suivent. Dans l'appartement de Chopin, rue de la Chaussée-d'Antin, à l'Opéra, au Théâtre des Italiens... En conclusion de la première lettre d'Antoine à sa famille, Frédéric ajoute : "N'oublie pas de leur écrire que je les aime tous terriblement, oui, vraiment terriblement".

 

Naît très vite l'idée d'un nouveau voyage à Dresde pour l'année suivante, 1836.

 

Mais son état de santé s'est dégradé. Il est tombé malade lors du voyage de retour, en septembre-octobre 1835, et a dû être soigné à Heidelberg. Fin décembre, le bruit a couru à Varsovie qu'il était mort. Nicolas Chopin comprend bien qu'avec ce double handicap, sa pauvreté et sa toux, Frédéric aura bien du mal à se faire admettre définitivement dans cette puissante famille.

Mais si les Wodziński n'oublient pas leur cher Frycek, ils le considèrent avant tout comme l'ange gardien de leur fils prodigue Antoine. Tel est le sens de la lettre émouvante que Maria adresse à Chopin le 6 février 1836.

 

 

                                                                                                                 à suivre...

 

 

 

Source : "Aimer Chopin", par Pierre Brunel, PUF

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : biographie
commenter cet article

commentaires

bernadette 22/04/2011 23:01



J'aime beaucoup ce portrait fait par Maria. Il a été reconnu qu'elle avait un grand talent de dessinatrice; ce qui me conforte dans l'idée que ce portrait de Frédéric était très ressemblant.



Ame Chopinienne 23/04/2011 01:08



On lui doit des dessins de toute la famille Wodzinski et Skarbek. Le portrait de Chopin occupe la page 23 de son album, qui contient 39 dessins. Il se trouve au Musée National de Varsovie. Etant
donné son grand talent de portraitiste, il est très vraisemblable, en effet, que ce portrait est d'une grande ressemblance avec son sujet. Je le trouve pour ma part très vivant et "dynamique" ;
le regard très vif et expressif semble pénétrer celui de Maria et, à travers elle, celui de tous ceux qui observent ce dessin à travers le temps...



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher