Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 23:02



                            Maria Izabela CIECHOMSKA, petite-nièce de CHOPIN, 
             
petite-fille de Ludwika Jêdrzejewicz (soeur de Frédéric Chopin) 
                                            et fille de Ludwika Ciechomska





En 1844, après la mort de Nicolas, les précieux manuscrits de Chopin furent gardés par la mère de Frédéric et ses deux soeurs. C'est la soeur aînée, Ludwika Jędrzejewicz, qui apporta à Varsovie en janvier 1850 une petite partie des manuscrits (dont aussi des autographes musicaux) qui se trouvaient dans le dernier appartement du compositeur 12, Place Vendôme à Paris. Le reste fut envoyé à Varsovie par les soins d'une élève de Chopin, Jane Wilhelmina Stirling.
Après la mort de Ludwika Jędrzejewicz en 1855, et de la mère du compositeur en 1861, l'ensemble des manuscrits passa dans les mains de la soeur cadette de Frédéric, Izabela et de son époux Antoni Barciński. Leur collection, hélas, fut endommagée lors de l'attentat du 19 septembre 1863 contre le comte Berg.

En 1881, après la mort d'Izabela, la collection de manuscrits revint à la fille de Ludwika Jędrzejewicz, Ludwika (1835-1890), épouse de Ludwik Ciechomski, tandis que les objets à caractère usuel passèrent à son frère Antoni Jędrzejewicz (1843-1922). C'est lui qui garda un certain temps le dernier piano Pleyel de Chopin.

Après sa mort, ce sont ses filles - Maria (1869-1932) et Laura (1862-1939) - et son fils Antoni Ciechomski (1874-1929) qui gérèrent la collection. Dans les années trente du XXe siècle, Maria, puis Laura, se décidèrent à vendre certains autographes de Chopin et publications commémoratives entre autres à Leopold Binental, Artur Rubinstein et Arthur Hedley qui allaient devenir collectionneurs des chopiniana. Une partie d'autographes de Chopin de la collection de Maria et Laura Ciechomski disparut pendant la Seconde Guerre Mondiale (dont sept lettres de Chopin à sa famille).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

flora 12/11/2009 18:50


Très joli portrait : comment peut-on avoir cette taille de guêpe?...


Ame Chopinienne 12/11/2009 21:30


Oui, très joli portrait, grande classe... Et cette taille de guêpe... on en est jalouse toutes les deux !


André 11/11/2009 18:54


Heureusement que toutes ces personnes ont pris le plus grand soin des précieux documents qui étaient entre leurs mains. Maria Izabela, si on en juge par la photo que nous avons d'elle, semble avoir
beaucoup de personnalité ! Est-ce que je peux te demander si personnellement, Carmen, tu considères Chopin non seulement comme un génie de la musique , mais comme un être humain attachant, d'après
tout ce que tu as pu lire et apprendre de lui ? Bisous


Ame Chopinienne 11/11/2009 20:09


Oui, heureusement, sa famille était unie et tout entière dévouée à la mémoire sacrée de Frédéric. Tout à fait d'accord avec toi, Maria Izabela semble avoir beaucoup de personnalité ! Tandis que la
nièce de celle-ci, Ludwika Ciechomska, fille de son frère Antoni, et dont j'ai mis une photo précédemment dans un autre article, a, selon moi, une grande douceur dans le maintien et le visage, la
même douceur que celle de Chopin décrite par tous ses contemporains.
Au début, je ne m'intéressais qu'à la musique de Chopin. Toute petite, j'allais acheter des 33 tours des polonaises... Peu à peu, je me suis intéressée aux grandes lignes de sa biographie, et ce
n'est qu'ensuite que j'ai éprouvé le besoin de marcher dans ses propres pas, en Pologne ou en France, afin de me rapprocher de l'homme avec qui je me sens de plus en plus "en communion". Tu vois la
progression : sa musique ; sa biographie ; et enfin l'homme, avec ses blessures, ses faiblesses, ses souffrances, ses déceptions, ses qualités et ses défauts (oui oui, il en avait...). Pour moi,
Chopin est bien sûr un génie de la musique, mais il y en a d'autres comme Bach ou Beethoven. Pourtant, ceux ci, sur le plan humain, ne suscitent en moi aucune véritable émotion. Seule leur musique
est émouvante. Par contre, Chopin, lui, m'émeut, je le comprends, je souffre pour lui, j'ai besoin de toujours mieux le connaître, c'est fusionnel, comme si par delà la mort, quelque chose de très
fort nous réunissait. Je crois pouvoir dire qu'il en est de même pour beaucoup de "fans" de Chopin.  Il est émouvant et très attachant. Il est proche de chacun de nous parce que sa musique
parle au coeur des hommes. Aucun autre compositeur ne suscite le même intérêt ni les mêmes émotions. Il ne faut pas forcèment être mélomane ou musicien pour aimer sa musique. C'est pour cela que
chaque jour, au Père Lachaise, des dizaines et des dizaines de personnes du monde entier viennent se recueillir sur sa tombe. Personnellement, je suis restée des demi-journées dans l'Eglise des
Visitandines à Varsovie, car c'était l'endroit où je ressentais le plus fortement sa présence. Lorsque j'y suis entrée pour la première fois, cela a été comme une évidence : Chopin était présent
dans cette église. Je pouvais le ressentir comme nulle part ailleurs ! A présent, j'en oublie le génie de la musique pour ne retenir que l'homme.
Gros bisous à toi !


Matheo 11/11/2009 10:23


On retrouve la bouche du Maitre…
Merci pour ces photos.


Ame Chopinienne 11/11/2009 13:08


Oui, c'est vrai. Un peu de Chopin dans chacun de ces descendants, c'est impressionnant et ça laisse rêveur...


Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher