Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 20:21

 

 

"Le 4 décembre (1831), dans la salle du Conservatoire, à la soirée de Hiller qui a réservé une place à son ami, un jeune homme élégant, à l'allure aristocratique, vient s'asseoir à côté de lui. Il ressemble à une jeune fille timide. C'est quelqu'un qu'on aurait aussitôt le désir de prendre dans ses bras, d'embrasser, de bercer. Hiller interprète une symphonie et un concerto de sa composition. Le jeune homme tient mal en place. "C'est plein de poésie, de feu et d'âme. Comme Beethoven, vous ne trouvez pas ?" glisse-t-il à son voisin, avec un accent slave assez prononcé. Il donne l'impression d'une sincérité touchante, mais aussi d'une certitude absolue comme si la faiblesse apparente dissimulait une volonté de fer. Après avoir exécuté avec Kalkbrenner, qui se prend pour le plus grand pianiste d'Europe, son concerto pour deux pianos, Hiller présente l'un à l'autre Alkan et Chopin. Mais -c'est presque inutile- le nom de Beethoven a déjà scellé l'amitié avec le jeune Polonais qu'il se refusera toujours à appeler Chopinetto, ainsi que le font leurs amis. Comment ne pas aimer Chopin, si gai et si mélancolique, si sûr de son talent qu'il considère sans envie le talent d'autrui ?

 

 

Extrait de La grande Sonate, de Claude Schopp

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : ses contemporains
commenter cet article

commentaires

Matheo 01/05/2010 09:54


Bon premier mai Carmen.


Ame Chopinienne 02/05/2010 12:17



Et joli mois de mai à toi



Matheo 27/04/2010 07:18


l'aimer et être subjuguer sans doute.


Ame Chopinienne 27/04/2010 23:10



L'un ne va pas sans l'autre... 



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher