Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 10:40

 

Dans cette rubrique "Sur les pas de Chopin à Varsovie", je me propose de vous emmener, étape par étape, sur les itinéraires tracés par Jerzy Majewski dans son excellent guide du même nom et de reprendre l'essentiel de ses commentaires.

DSC02514 

 

 

 

Itinéraire 1 - Etape 1 :

le Belvédère, au 54/56 avenue Belwederska (anciennement Aleja Ujazdowska 1719/1720)

 

 

Belvédère façade 02

 

 

Nous ignorons la date exacte du premier concert de Fryderyk au Belvédère, mais de source sûre, il s'y produisit régulièrement à partir de 1822 à l'invitation du Grand Duc Constantin et de sa femme Joanna Grudzinska. Le Belvédère était la résidence privée de Constantin qui officiait dans le Palais Brühl (palac Brühla) sur la Place de Saxe. Le Grand Duc, frère du tsar Alexandre 1er,  reçut en 1820 le pouvoir absolu de régner sur le Royaume de Pologne annexé à l'empire russe. Il devint commandant en chef de l'Armée polonaise sur laquelle il exerça une tyrannie féroce.

 

 

 

Belvédère façade 11

 

Belvédère façade 08 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constantin envoyait chercher le jeune Chopin en voiture tous les dimanches pour l'amener au Belvédère où il passait la journée. Il s'y déroulait une tranquille vie de famille. Le Duc avait l'habitude de dormir avant et après le dîner. Le soir, au moment du thé, il lisait les journaux polonais et aimait tenir des monologues sur des sujets politiques.

 

Durant ses visites au Belvédère, Fryderyk devint l'amie de Moriolka (Alexandrine de Moriolles), fille du Comte de Moriolles, lui-même précepteur de Pawelek, un fils illégitime de Konstantin et de sa maîtresse Jozefina Friedrichs. Ils jouaient ensemble dans les fourrés du parc du Belvédère.

 

Quels sentiments lièrent plus tard Fryderyk et Alexandrine ? Il laissa croire qu'il en était amoureux pour qu'on ne puisse soupçonner les véritables sentiments qu'il nourrissait pour Constance Gladkowska, sentiments dont il ne s'épanchait qu'auprès de son ami et confident Tytus Woyciechowski.

 

Alexandrine de Moriolles lui fera envoyer une couronne de lauriers après le succès phénoménal de son second concert au Théâtre National en 1830.

 

 

 

Belvédère vue arrière 02

 

                                                      Vue arrière du Belvédère donnant sur le parc

 

 Belvédère vue arrière 03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) "Constantin appréciait fort les dons d'improvisation de l'enfant qui lui offrit une Marche militaire qu'on orchestra et joua à la parade, exercice dont le frère du Tsar était un amateur enragé. Kazimierz Wojcicki écrit :

 

Comme il fréquentait et jouait souvent au Belvédère chez le Grand-Duc Constantin, il lui offrit une Marche de sa composition. Le Grand-Duc la fit jouer : l'oeuvre du jeune Frédéric lui plaisait tant que quand le rythme en parvenait jusqu'à la salle, il marchait avec le sourire. (L'oeuvre parut gravée anonymement sous le titre "Marche militaire" et elle était souvent exécutée au cours des parades sur la Place de Saxe). Quand il jouait et improvisait, il levait habituellement les yeux en hauteur et fixait le plafond. Le Grand-Duc alors lui demandait : "Que regardes-tu là-haut ? Est-ce que tu lis les notes ?" (*)

 

 

"Vers l'année 1818 fut publiée anonymement la Marche Militaire de Chopin, dédiée au Grand-Duc Constantin, frère du Tsar. Frédéric l'interpréta dans son palais du Belvédère, et on raconte que le prince lui demanda de la transcrire pour cuivres pour qu'elle soit jouée lors des parades militaires. A partir de ce moment, le nom de Chopin, ou plutôt de "Chopinek" (le petit Chopin), comme on l'appelait, devint populaire à Varsovie." (Jozef M. Chominski, Chopin)

 

 

Poteaux indicateurs

 

 

Le Palais baroque du Belvédère, construit sur un projet de Joseph Fontana dans la première moitié du 18ème siècle, fut acheté par le roi Stanislas Auguste Poniatowski (1764-1795) qui l'inclut dans le domaine royal des "Lazienki". Remanié au début du 19ème siècle par Jakub Kubicki dans un style classique, le Belvédère devint en 1818 la résidence du Grand-Duc Constantin. Dans la nuit du 29 au 30 novembre 1830 s'y déroula l'attentat manqué des conjurés et des élèves de l'Ecole des Aspirants d'Infanterie contre le prince, qui s'échappa sous un habit de femme. Après la déclaration d'indépendance de 1918, le chef de l'Etat Jozef Pilsudski installa sa résidence dans ce palais, et à sa suite les présidents de la IIème république.

Le Belvédère sortit indemne des dévastations de la Seconde Guerre Mondiale. Il est aujourd'hui l'une des résidences du Président de la République.

 

 

 

Photos par Carmen Desor

 

Sources :

Warsaw in Chopin's footsteps, par Jerzy Majewski

Sur les pas de Chopin, éd. Bosz

(*) Chopin l'enchanteur autoritaire, par MP.Rambeau, l'Harmattan

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bernadette 09/10/2011 23:23



Joli palais? que de renseignements intéressants.merci Carmen. Encore une preuve de l'heureuse jeunesse polonaise de Fryderyk!



Ame Chopinienne 09/10/2011 23:57



C'est effectivement à souligner : Fryderyk Chopin a eu une enfance très heureuse et très saine, dans une famille unie et aimante qui l'a entouré de toutes ses attentions, C'était un enfant
doux, enjoué et spirituel, avec de solides et sincères amitiés, estimé de ses professeurs, élevé dans la simplicité et la droiture tout en cotoyant le monde doré de l'aristocratie. On
peut dire que tous les atouts étaient de son côté pour que son génie trouve son plein épanouissement de façon naturelle et évidente !



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher