Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 20:51

 

"Je vais vous faire voir quelque chose que vous n'avez jamais vu, et quelqu'un que vous n'oublierez pas ." Nous montons au second étage d'un petit hôtel meublé, et je me trouve vis-à-vis d'un jeune homme pâle, triste, élégant, ayant un léger accent étranger, des yeux bruns d'une douceur limpide incomparable, des cheveux châtains, presque aussi longs que ceux de Berlioz et retombant aussi en gerbe sur son front.

         C'était Chopin, arrivé depuis quelques jours à Paris. Son premier aspect m'avait ému, sa musique me troubla comme quelque chose d'inconnu. Je ne puis mieux définir Chopin, qu'en disant que c'était une trinité charmante. Il y avait entre sa personne, son jeu et ses ouvrages, un tel accord, qu'on ne peut pas plus les séparer, ce semble, que les divers traits d'un même visage. Le son si particulier qu'il tirait du piano ressemblait au regard qu'il tirait de ses yeux ; la délicatesse un peu maladive de sa figure s'alliait à la poétique mélancolie de ses nocturnes ; el le soin et la recherche de sa toilette faisaient comprendre l'élégance toute mondaine d'une certaine partie de ses oeuvres ; il me faisait l'effet d'un fils naturel de Weber et d'une duchesse ; ce que j'appelais ses trois lui n'en faisaient qu'un.

Son génie ne s'éveillait guère qu'à une heure du matin. Jusque-là, il n'était qu'un pianiste charmant. La nuit venue, il entrait dans le groupe des esprits aériens, des êtres ailés,  de tout ce qui vole et brille au sein des demi-ténèbres d'une nuit d'été. Il lui fallait alors un auditoire très restreint et très choisi.

 

         La moindre figure un peu déplaisante suffisait pour le déconcerter. Je l'entends encore, un jour où son jeu me semblait un peu agacé, me dire tout bas en me désignant du regard une dame assise en face de lui : "C'est la plume de cette dame ! Si cette plume-là ne s'en va pas, je ne pourrai pas continuer !"  Une fois au piano, il jouait jusqu'à épuisement. Atteint d'une maladie qui ne pardonne pas, ses yeux se cerclaient de noir, ses regards s'animaient d'un éclat fébrile, ses lèvres s'empourpraient d'un rouge sanglant, son souffle devenait plus court ! Il sentait, nous sentions que quelque chose de sa vie s'écoulait avec les sons, et il ne voulait pas s'arrêter, et nous n'avions pas la force de l'arrêter ! La fièvre qui le brûlait nous envahissait tous !

 

 

Ernest Legouvé (1807-1903)  Soixante ans de souvenirs          

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gérard Pottrain 14/11/2013 11:30


Bravo pour tes recherches et ta persévérence !

Carmen Desor 14/11/2013 22:49



Merci Gérard !



bernadette 13/11/2013 23:51


Merci Carmen, ne nous refaire lire ce beau portrait de Chopin, qui nous fait tant regretter de ne pas l'avoir connu ou rencontré...

Carmen Desor 14/11/2013 22:49



C'est vrai, c'est un très beau témoignage, qui nous permet de partager cette rencontre malgré tout, même si le rencontrer véritablement aurait été un merveilleux privilège...



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher