Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 21:39

 

Une initiative originale dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Chopin : 14 bancs musicaux, répartis dans les endroits liés directement à la vie de Chopin à Varsovie. Chaque banc comporte quelques lignes explicatives en polonais et en anglais, ainsi qu'un schéma qui situe le lieu.

 

 

Banc musical 04

 

 Banc musical 02

 

 Il suffit d'appuyer sur un bouton pour mettre en route un extrait musical d'une oeuvre de Chopin...

 

 

 

 Banc musical 05

 

 

Ces bancs musicaux sont une véritable attraction pour les touristes qui les apprécient beaucoup ! Ici, le banc est situé près du Palais Zamoyski, qui vit la destruction d'une grande partie des meubles, manuscrits et partitions de Chopin détenus par sa soeur Izabela, en représailles à un attentat à la bombe contre le général Berg, lieutenant du Royaume (russe) de Pologne, le 19 septembre 1863. Au cours de ces représailles, le piano de Chopin fut fracassé sur le pavé. Le poète Norwid  commémorera cet événement dramatique : l'idéal a atteint le pavé.

 

 


 

 

Ecoutez bien ces touristes de différentes nationalités évoquer le nom de Chopin avec un réel émerveillement...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : manifestations
commenter cet article

commentaires

Olga 22/01/2011 17:45



Merci chère Carmen pour ces petites vidéos...


Oui ces bancs sont bien agréables lorsqu'on se balade sur les traces de Chopin. A chaque arrêt l'on est récompensé par le souvenir de Ses mélodies... et tout cela confortablement assis, en ayant
sous les yeux le plan des lieux chopiniens à Varsovie...un bel itinéraire intelligent et agréable.


Et ces musiques ont été activées également par les polonais découvrant ces bancs venant d'être placés, alors qu'ils rendaient hommage aux  96 victimes de l'avion présidentiel tombé un matin
d'avril 2010 en Russie.


J'ai des souvenirs visuels de milliers de fleurs, et de milliers de bougies, qui réchauffent lorsqu'on s'en rapproche tellement il y en a, et qui illuminent tous les visages des personnes en état
méditatif et en prière. Des souvenirs olfactifs de ces bougies, des souvenirs auditifs des bruits des vases de bougies que les ouvriers communaux  ramassent lorsqu'elles arrivent en fin; je
revois ce peuple silencieux en état de choc,  en état d'imcompréhension, ensuite en état de douleur, et régulièrement, dans le lointain, on entend les mélodies de Chopin sortant de ces bancs
et qui ponctuent tous ces moments... aussi bien le jour, le soir que la nuit... Distribution de journaux en éditions extraordinaires, et ce, gratuitement...


Un curieux mélange qui me restera de cette semaine particulière à Varsovie où je voulais me promener sur les traces de Chopin. Et, je n'ai pu m'empêcher de penser à Chopin lorsqu'il était à
Vienne et que Titus est rentré précipitamment à Varsovie pour se battre auprès des siens lors de l'insurrection; et ensuite aux tourments de Chopin lorsqu'il a appris à Stuttgart la capitulation
des siens...


voilà les souvenirs que tes bancs réveillent en moi ...



Ame Chopinienne 23/01/2011 01:12



Merci, chère Olga, pour ton témoignage si précieux. Tu as vécu une semaine exceptionnelle, vu les circonstances. Si les musées étaient fermés et que tu as manqué de fait certains rendez vous avec
Chopin, sois certaine que tu n'as manqué celui-là, car il était à coup sûr présent parmi son peuple en état de choc, uni par ce sentiment patriotique qui fait vibrer chaque fibre du peuple
polonais. Et cette musique de Chopin qui montait de ces bancs musicaux et vrillait sans doute leur coeur endolori prouve bien à quel point Chopin est le symbole du patriotisme polonais, et le
point d'unité et de ralliement de la nation polonaise. Ni l'exil ni la mort ne l'ont éloigné de sa patrie, là où est son coeur.



bernadette 09/06/2010 21:26


Comme Matheo, je suis révoltée de lire qu'on a pu détruire du sacré comme un piano ou plus encore des partitions de Chopin; la stupidité des hommes furieux peut aller bien loin...
Merci Carmen, pour ces petits enregistrements varsoviens. Amitié et bise. Bernadette


Ame Chopinienne 09/06/2010 22:21



Oui, c'est une perte irréparable qui rend cet acte révoltant. Comme je l'ai dit à Mathéo, ces représailles russes visaient à anéantir le symbole même de la résistance polonaise : Chopin.
Heureusement, même si cette perte est immense, elle n'est que matérielle, et Chopin a survécu à toutes les tentatives (même les plus récentes) pour le faire taire !


Contente que tu apprécies la balade ;-) Bisous et amitiés. Carmen



Matheo 09/06/2010 07:18


Briser le piano de Chopin!
C'est un sacrilège!
ces hommes sont maudits, c'est certain.


Ame Chopinienne 09/06/2010 21:56



Quoi de mieux comme représailles que de s'attaquer au chantre du patriotisme polonais ? Fracasser le piano de Chopin, c'est vouloir briser le symbole de la résistance polonaise, et atteindre ce
peuple en plein coeur...



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher