Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 20:35

 

 

Friederike Streicher, née Müller (1816-1895) fut l'une des meilleures élèves professionnelles de Chopin.

 

 

"Venue à Paris en 1839 expressément dans le but de travailler avec Chopin, elle se présenta chez lui avec une lettre de recommandation de la comtesse Appony (dédicataire des Nocturnes op. 27), dont le salon musical s'honorait souvent de la présence du maître et de ses meilleurs disciples. F. Müller reçut les leçons de Chopin pendant un an et demi sans relâche (fin octobre 1839-printemps 1841), à raison de deux heures par semaine.

 

'Combien de dimanches ai-je commencé à jouer chez lui vers une heure de l'après-midi pour n'en sortir que vers quatre ou cinq ! C'est alors qu'il jouait lui aussi, et combien magnifiquement ! Non seulement ses propres compositions mais aussi celles d'autres maîtres, afin d'enseigner à l'élève comment les rendre. Un matin il joua de mémoire quatorze préludes et fugues de Bach, et comme j'exprimais mon admiration joyeuse pour cet incomparable exploit il répliqua : 'Cela ne s'oublie jamais*' (Niecks, II, P.367 - éd.all.).'

[...]

'Souvent je l'entendis préluder merveilleusement. Une fois qu'il était si complètement absorbé dans son jeu, si entièrement arraché au terrestre, son domestique entra doucement et déposa une lettre sur le lutrin. Chopin s'interrompit dans un cri, les cheveux hérissés tout droit sur sa tête ; ce que j'avais tenu jusque-là pour impossible, je le vis de mes propres yeux - mais cela ne dura qu'un instant.' (Niecks, II, P.368 - éd.all.).

 

Pour que Chopin lui ait mis ses Etudes et Préludes entre les mains dès les premières leçons, il fallait que cette élève fût singulièrement avancée. Au dire de Marmontel, F. Müller comptait au nombre de "ses disciples affectionnées" ; et de fait, Chopin lui dédia son Allegro de Concert op.46 - ce qui la fit surnommer par Liszt "Mademoiselle opus quarante-six".  Qu'elle ait rencontré à Vienne Ludwika Jedrzejewicz et Pauline Viardot montre bien qu'elle avait accès aux familiers du maître. Lors de sa dernière leçon - printemps 1841 - Chopin lui fit hommage d'un autographe des Etudes Op.10/3 et 4."

 

 

 

* en français dans l'original

 

 

Source : Chopin vu par ses élèves, de J.J. Eigeldinger

 

    

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : le musicien
commenter cet article

commentaires

bernadette 02/08/2011 23:50



Des leçons qui devaient être bien intéressantes, genre "master class"...Donc réservées à déjà une élite, qui ne devait être pas mal non plus!


Comme ces témoignages sont importants; encore un témoignage qui nous montre Chopin complètement absorbé par sa musique, comme on aimerait voir certains interprètes d'aujourd'hui!



Ame Chopinienne 03/08/2011 00:05



Il est certain qu'il fallait être d'un niveau déjà élevé pour s'octroyer les leçons du maître qui, au demeurant, ne prenait jamais de débutants.


Oui, un témoignage très intéressant sur sa pédagogie, sa dévotion pour Bach, et surtout cet aspect si souvent relaté de Chopin "arraché au terrestre", dans d'autres sphères...



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher