Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 21:29

 

 

Nous sommes le jeudi 1er mars 1810, à six heures du soir. Un nouveau-né pousse son premier cri  dans la petite maison de l’aile gauche du manoir des Skarbek. Le sol est en terre battue. Les murs sont blanchis à la chaux.

 

Zelazowa Wola 125 vue ancienne recadrée

 

Zelazowa Wola 30 intérieur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Rien ne distingue le but de notre pieux voyage

Et cette maison n’a rien de celle d’un notable,

Sauf qu’elle t’a vu naître… Mais n’est-ce-pas une étable

Que l’étoile hautaine désignait aux rois-mages ? »

 

 

Son père a trente-neuf ans, sa mère vingt-huit. Il a une grande sœur de près de trois ans son aînée : Ludwika. Il s’appellera Fryderyk comme son parrain, le fils aîné des Skarbek alors âgé de 18 ans, et François comme son grand-père paternel.  Mais ses proches l’appelleront souvent Frycek, ou Fritz.

C’est Anna Skarbek, seize ans, fille de la Comtesse,  qui sera sa marraine.  Son parrain, d’ailleurs, est absent ; il fait ses études à Paris. Il deviendra écrivain, économiste, historien et homme politique.

Fryderyk est blond comme sa mère. Il est aussi très fragile et par prudence, il reçoit un premier baptême d’urgence (ondoiement).  Son acte de naissance sera rédigé le même jour que son acte de baptême –le 23 avril 1810- et portera une date –officielle, mais considérée aujourd’hui  comme erronée : 22 février 1810. Négligence du prêtre ? Etourderie du père ? Toujours est-il que Fryderyk et sa famille fêteront toujours son anniversaire le 1er mars…

 

Des quatre enfants Chopin, Fryderyk sera le seul à naître à Zelazowa-Wola, ses trois sœurs verront le jour à Varsovie.

 

Zelazowa Wola 87 maison

 

« Si parfois, dans la hâte de la vie quotidienne, dans la cohue des projets avortés et des travaux inachevés, dans le flux des événements culturels dont plus d’un est superficiel ou irritant ; si, parfois, dis-je, on se prend à douter de la valeur de ce qu’il est convenu d’appeler la culture de masse – il suffit de se rendre à Zelazowa Wola, à un de ces concerts dominicaux, pour reprendre confiance et dans la culture polonaise, et dans son pouvoir de pénétrer les couches les plus larges de la nation.

Ceux qui savent écouter ainsi du Chopin sauront également, n’ayez crainte, au travers des apparences futiles et des dehors trompeurs, en dépit des tracas ordinaires de la vie et de ses soucis harcelants, aller au plus profond, dégager les valeurs les plus importantes et les plus irremplaçables.

On peut se convaincre à Zelazowa Wola de ce que vaut un grand art en tant que ciment et fondement de la vie d’une nation. La poésie de Mickiewicz, la musique de Chopin ne sont pas autre chose pour les Polonais."

                                                        

Que cette berceuse née sous tes doigts revienne apaiser tes jeunes heures d'enfant fragile et gracieux au regard tendre et velouté...  Heureux anniversaire Frycek

   

 


 

 

« Il n’y a plus de Marie Wodzinska, plus de Delphine Potocka, et celle qu’il aima d’un premier amour tendre, Constance Gladkowska, est aussi disparue. Ainsi que sa Mère, que ses Sœurs. Il n’y a qu’un grand silence blanc. Tout s’est évanoui dans le temps.

Il est seul à hanter cette maison. La frêle musique de son piano résiste à la neige, au vent et au silence. Elle seule existe.

Et lorsque tu t’arrêteras, un soir d’hiver, devant la maison, quand tu regarderas ce toit brisé, ces branches nues et ces fenêtres noires, tu te sentiras véritablement seul ici.

Seul avec lui. »

Jaroslaw Iwaszkiewicz (traduit par Georges Lisowski)

 

Zelazowa Wola 120 vue ancienne recadrée

 

  

Zelazowa Wola 77 maison

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ame Chopinienne - dans Chopin : biographie
commenter cet article

commentaires

Matheo 01/03/2011 19:05



Joyeux anniversaire Frédéric.


Bisous Carmen



Ame Chopinienne 01/03/2011 23:15



Tiens, tu as osé l'appeler Frédéric... ! Tu voies, ce n'est pas si difficile, Et c'est bien mieux comme ça ! Bisous Mathéo



bernadette 01/03/2011 11:23



Merci Carmen pour cet article si émouvant; on est transporté, on est dans un autre monde, celui magique, du monde de Frédéric, de la musique, de la poésie, de la Pologne qui lui était si
chère!


Je trouve que le lieu de Zelazowa Wola lui ressemble, nous parle de lui, le "respire"...Je me joins à toi pour lui souhaiter bon anniversaire!



Ame Chopinienne 01/03/2011 23:07



Zelazowa Wola est une quintessence ! Et le lieu d'où tout est parti et où tout revient. Loin de l'effervescence de Varsovie, c'est effectivement un monde magique dans lequel on peut encore
rencontrer Frédéric -une rencontre intérieure, une rencontre intime. hors du temps, dans l'authenticité de ce lieu qu'il aimait retrouver et qu'il a tenu à saluer une dernière fois avant l'exil.


Je suis heureuse que tu aies aimé cet article  ;-)



Présentation

  • : De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • De la Note à la Plume - Le blog de Carmen Desor
  • : Le compositeur Frédéric Chopin Bibliographie de Carmen Desor Valenciennes, ville d'Art
  • Contact

Rechercher